thumbnail Bonjour,

L'attaquant bordelais est déçu après le match nul concéder dans les dernières minutes par Bordeaux.

Yoan Gouffran, encore une fois, Bordeaux est rattrapé en fin de match. Quelle est votre analyse ?
Oui, ça fait plusieurs matches que ça nous arrive. C'est un gros manque de concentration, d'envie. Et on n'a aucune excuse. Ni l'horaire, 14 heures, ni la Ligue Europa, ni rien. On n'est pas concentré tout simplement alors qu'un match, ça dure quatre-vingt-dix minutes et les arrêts de jeu. Cet après-midi (dimanche), on n'a pas su faire le travail. Résultat, on voulait recoller au PSG avec une victoire et on fait un nul qui nous emmerde vraiment.

Quand vous parlez de manque d'envie, que voulez-vous dire ?

L'envie de se faire mal jusqu'au bout, l'envie de défoncer tout le monde en face ! Nous, nous sommes gentils avec l'adversaire, nous ne sommes pas costauds alors qu'on doit lui faire mal... Quand on mène, défendre ne veut pas dire reculer, il faut aller chercher l'adversaire, presser. On a trop reculé, on les a laissés jouer et ils auraient même pu marquer un troisième but, on s'en sort bien... Sur la fin, on aurait pu perdre !

Pourquoi ces erreurs se répètent-elles ? Etiez-vous fatigués ?
Je ne sais pas comment l'expliquer. Mais ce n'était pas la fatigue. En coupe d'Europe, jeudi, le match était plié en soixante minutes, le coach a fait des changements, on n'a pas eu à forcer. On était assez frais.
 
Psychologiquement, l'équipe commence peut-être à douter en repensant aux points perdus précédemment?
Moi non. Quand on marque, on sait très bien que ce n'est pas fini parce qu'on se rappelle que ça nous a joué des tours. Mais on essaie de tenir le ballon. Peut-être que certains y pensent, l'équipe recule trop. Mais à chaque match sa vérité, on est à domicile, il faut forcer le destin.»

Relatifs