thumbnail Bonjour,

Carlo Ancelotti a besoin d'utiliser plus les largeurs du terrain si son équipe souhaite atteindre le maximum de son potentiel offensif.

ANALYSE TACTIQUE
Par Robin Bairner

Beaucoup d'argent apporte beaucoup de puissance, et lorsqu'on a du pouvoir, on a de grandes responsabilités. L'entraîneur du  Paris Saint-Germain, Carlo Ancelotti est en train de le découvrir après un mercato estival riche vu que Paris a recruté pour près de 150 millions d'euros.

L'entraîneur italien, avec le directeur sportif Leonardo, ont désormais l'obligation de fournir non seulement le titre de champion, mais aussi un solide parcours en Ligue des Champions. Deux conditions cruciales pour que le PSG fasse partie de l'élite en Europe. Dans le milieu des années 1990, aucune équipe ne pouvait se vanter d'un aussi fort coefficient UEFA que les Parisiens, mais maintenant ils sont classés à une modeste 36e place.

Alors que les réalités économiques ont frappé les grands clubs français, tels que l' Olympique Lyonnais et l'Olympique de Marseille, le PSG a su s'épanouir, attirant des gens comme Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva et l'étoile montante Marco Verratti, alors que Lucas Moura arrivera en Janvier... Tout ça grâce à un gros apport financier des investisseurs Qatari.

Interrogé sur les perspectives de son équipe en Ligue des champions, Carlo Ancelotti a confié en plaisantant : "Bien sûr, car nous avons dépensé beaucoup d'argent, nous sommes favoris, mais le football n'est pas seulement une question de dépenser de l'argent pour construire une équipe. Il faut du temps pour ça. Les joueurs doivent apprendre à se connaître les uns les autres. Ce n'est pas aussi facile qu'il y paraît. "

Ibra isolé | L'attaquant a besoin d'avoir plus de soutien de la part des milieux du PSG


Après cinq matches de Championnat, l'équipe d'Ancelotti se retrouve au milieu du tableau. Et même si elle reste invaincue, elle a déjà des points de retard sur le leader Marseille (six si l'OM s'impose dimanche). Plus inquiétant, il semble y avoir un problème au niveau de l'attaque.

PSG V BORDEAUX:  26/8/12
ETRIQUE :  Le manque d'espace fait que le PSG rencontre des difficultés offensives
Les semaines précédentes, Ajaccio et Bordeaux sont parvenus à accrocher l'équipe composée de stars à plusieurs millions d'euros beaucoup trop facilement.

 Ancelotti, tout simplement, n'a pas joué avec assez d'ambition. 

Au Parc des Princes, face à Bordeaux par exemple, il y avait un manque rédhibitoire d'espace au sein de l'équipe. Ni Nenê, ni Javier Pastore, n'ont réussi à créer d'espaces ayant été invité à jouer dans des positions assez centrales pour soutenir Ibrahimovic. Cependant, l'équipe semblait déséquilibré et prévisible face à des adversaires qui ont mis en place une formation en 5-3-2 qui a empêché Ibra d'avoir à la fois de la possession du ballon et du soutien.

Si Ancelotti avait eu un milieu de terrain offensif prêt à percer, la tactique aurait eu plus de succès, mais Nene et Pastore sont plus réputés pour leur art que pour leur dynamisme.

Créer des espaces pour les attaquants doit être la priorité, et la façon la plus évidente d'y parvenir est de faire un meilleur usage des dimensions du terrain. La largeur du secteur offensif doit être augmentée en retirant l'un des trois milieux de terrain et en introduisant un ailier supplémentaire, tandis que le tempo de jeu de l'équipe doit être amélioré.

Ezequiel Lavezzi aurait sûrement dû jouer  contre Bordeaux s'il n'avait pas été suspendu, mais Nene aurait été sacrifié. Ce n'est que lorsque Jérémy Menez est arrivé, en tant que remplaçant, que les visiteurs ont rencontré quelques difficultés. Faire jouer les deux ex-hommes de la Serie A dans les zones larges, apporterait une dimension supplémentaire à l'attaque plate et sans imagination du PSG.

Il y aurait des avantages supplémentaires, aussi. Javier Pastore pourrait avoir un peu de répit et serait donc en mesure d'avoir une plus grande influence.

Cependant, la défense Ancelotti serait exposée à une plus grande menace vu que ni Menez, ni Lavezzi, ne sont connus pour suivre en arrière. C'est sans doute pourquoi l'entraîneur a été réticent à faire cette modification, mais contre des adversaires souvent ravis de repartir avec un point, c'est un pari qui serait bon à prendre.

EN INTRODUISANT LES ABSENTS
Apporter des  ailiers: Plus large signifie plus d'espace pour les hommes qui peuvent causer des dommages
L'arrière-garde du PSG, cependant, n'a pas été une source de confiance. Il s'agit de la zone qu'Ancelotti a estimé la plus difficile depuis son arrivée au club. Il a d'ailleurs complétement remanié la défense avec les recrues estivales de Thiago Silva et Gregory van der Wiel.

L'arrivée du défenseur le plus cher du monde va faire une énorme différence. Il a peut-être rejoint l'équipe cet été, mais il n'a pas encore été titularisé car il est dans une période de sa remise en forme après son retour des Jeux olympiques. A Paris, il sera au côté de deux Brésiliens de plus, ce qui facilitera son intégration.

Bien sûr, bien défendre n'est pas seulement la tâche des quatre défenseurs arrières. Alors que Thiago Motta a raté presque le premier mois de la saison parce qu'il était blessé - et en voyant à quel point il est rouillé depuis son retour - le PSG peut sûrement s'attendre à améliorer la défensive au milieu de terrain aussi.

Mohamed Sissoko n'a pas encore jouer à cause de problèmes physiques, mais il y a beaucoup d'autres solutions pour ce secteur, y compris avec Blaise Matuidi ou Verratti.

Avec un agenda intense, tous les trois pourront sûrement avoir leurs chances de briller, tandis que la profondeur impressionnante de l'équipe de PSG sur l'ensemble signifie qu'il n'y aura pas de onze fixe.

Le succès de ce projet est désormais dans les mains de l'entraîneur. S'il peut faire fonctionner l'équipe d'une manière cohérente, le succès du titre devrait suivre - ainsi qu' un bon parcours en Ligue des Champions, où le PSG a été placé dans un groupe apparemment simple. Mais si l'équipe continue à rater des matches, Ancelotti et Leonardo peuvent s'attendre à perdre leur emploi.

Suivez Robin Bairner sur

Relatifs

From the web