thumbnail Bonjour,

Le directeur général de l'Olympique de Marseille José Anigo a été interviewé par l’Équipe sur la saison passée, celle à venir, et entre les deux, sur le mercato, plutôt décevant.

Dans les pages de l'Equipe, José Anigo est revenu lors d'un long entretien sur ses conflits avec Didier Deschamps, sur la saison à venir et le mercato de l'Olympique de Marseille, qui aura vu de nombreux départs, et une seule arrivée digne de ce nom : Joey Barton.

L’année dernière, la relation entre José Anigo et Didier Deschamps fût plus que tendue, et quand on lui demande si le départ du nouveau sélectionneur français est un poids en moins pour lui, le directeur général marseillais répond : « Un soulagement, non. Parce que de toute façon, je n'aurais pas continué comme ça. Tu ne peux pas vivre à l'écart pendant des années. La situation ne pouvait pas perdurer. A un moment, il faut être heureux et je ne l'étais pas. Mais ça m'a endurci. Je comprends mieux le système. Dans ce monde de football, il faut avoir un réseau médiatique. Je l'ai appris à mes dépens. » Critique-t-il dans les pages de l’Equipe

José Anigo fait ensuite un point sur l’année dernière, assez catastrophique puisque l’OM avait terminé à une modeste dixième place, et ce malgré un quart de finale en Ligue des Champions : « Il n'y avait plus cette notion de collectif. Aujourd'hui, on l'a retrouvée. » avoue-t-il avant de se projeter sur cette saison, qui a très bien commencé avec quatre victoires en quatre matches : « On ne va pas gagner 38 matches mais les valeurs sont là. On n'arrive pas avec une équipe de cacahuète. Une fois qu'on enlève Paris, on est là pour jouer le reste.»

La marseillais fait ensuite un bilan sur le mercato : « Je crois qu'avec nos moyens, on a fait au mieux. Le plus compliqué c'était de vendre. » avant de faire un récapitulatif des joueurs vendus. D’abord Azpilicueta, parti à Chelsea : «  un joueur de très haut niveau mais on n'avait pas le choix. » pour continuer sur Diarra, parti lui aussi pour la Premier League, et plus précisément pour West Ham : « Il n'a pas fait non plus une de ses meilleures saisons chez nous » avant de finir sur la recrue phare de cet été, Joey Barton : « On en avait besoin. On ne va pas lui raconter la messe tous les jours. Quand a on discuté avec lui, on n'a pas eu l'impression qu'il était fou »

Pour finir, Anigo répond aux critiques qui disent qu’il prend beaucoup trop de place au club  « Ca m'énerve ! Le patron s'appelle Margarita Louis-Dreyfus. Ensuite, il y a Vincent Labrune, qui gère le quotidien. Moi, je suis un salarié du club. On pense toujours que je fais la pluie et le beau temps, mais c'est faux. La meilleure des preuves, c'est que l'an dernier, j'ai passé sept mois en retrait. Je fais mon job, et j'essaie de le faire le mieux possible »

Relatifs

From the web