thumbnail Bonjour,

Tenu en échec par Lorient (2-2) lors de sa première sortie de la saison, le PSG a laissé entrevoir pas mal de faiblesses que le joli doublé d’Ibrahimovic a à peine éclipser.

Pour ce premier rendez-vous de la saison en Ligue 1, les Parisiens de Carlo Ancelotti avaient enfilé de beaux habits de soirée et en ayant probablement la certitude qu’ils vont pouvoir se balader et régaler leur fervent public. C’était ambitieux, mais c’est était aussi un chouia présomptueux face à une équipe de Lorient, dont ils ont visiblement oublié la capacité de se sublimer au Parc et jouer ainsi parfaitement son rôle de bête noire. Une attitude suffisante que le vice-champion de France a failli payer au prix fort, comme en 2011. Finalement, la sanction fut réduite à moitié (2-2) par la grâce d’un Zlatan Ibrahimovic déjà très efficace sous son nouveau maillot. Au coup de sifflet final, il y avait donc un sentiment mitigé par rapport à cette première sortie de celui que l’on désigne comme le futur patron de ce championnat. Mais, que les Franciliens ne se méprennent pas ; c’est bien à un verre à moitié à vide que s’apparente le bilan de la soirée.

Ancelotti a ciblé les manques

En entraineur rigoureux et exigeant, Ancelotti a été le premier à reconnaitre que sa formation n’a pas été à la hauteur des attentes. S’il a précisé qu’en seconde période, les siens « ont montré du caractère » et qu’ils ont eu « pas mal d’occasions », le technicien italien a furieusement déploré que le premier acte ait été « donné à l’adversaire ». « L’équilibre n’était pas bon sur le terrain et nous avons pris plusieurs contre-attaques et deux buts, donc ensuite le match était difficile » a-t-il ajouté. L’impression d’une équipe coupée en deux c’est aussi ce qu’a constaté à partir du banc Kevin Gameiro. « On a réalisé une première période très décevante (…) On a beaucoup de nouveaux joueurs et l’équipe apprend à se connaitre au fil des matches pour retrouver des automatismes ». Manifestement, il y en a donc encore pas mal à mettre en place. La demi-douzaine de matches de préparation disputés n’ont pas servi à grand-chose.

Paris a manqué son début de match et ce retard à l’allumage aurait pu être rédhibitoire sans la révolte réalisée en seconde période et dont le principal protagoniste aura été sa principale recrue estivale, Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois a signé deux buts, dont le second à quelques minutes de la fin, évitant à son équipe une déroute qui lui aurait fait encore plus mal. Cela dit, la réaction d’ensemble livrée au retour des vestiaires a été assez encourageante. « Je retiens qu’on a réussi à revenir et a montré donc du caractère » a ajouté Gameiro. Même son de cloche chez le défenseur Sakho, qui ajoute, de son côté, qu’il y a « beaucoup d’occasions de créées et cela montre la qualité offensive et collective que l’on a ». Pour l’international Français, il n’y a pas du tout lieu de s’alarmer : « Il faut relativiser, il s’agissait de notre premier match officiel tous ensemble et je reste confiant car nous avons des joueurs de qualité et nous l’avons montré en seconde période ».

Sur le papier, le PSG a peut-être de la marge sur tous ses concurrents de la Ligue 1. Néanmoins, au vu de ce duel mal négocié face aux Merlus, il peut tout de même être sûr que faire une bonne mi-temps par match ne va pas lui suffire pour accomplir ses objectifs. En dépit d’un effectif riche sur tous les plans, le club de la capitale aura à batailler pour faire respecter son rang. Une réalité qu’Ancelotti a déjà pris la peine de souligner : « Ce match est une bonne expérience car nous devons savoir que tous les matches sont difficiles, car toutes les équipes qui joueront contre nous seront à 100%. Nous devons donc être prêts pour entamer mieux nos rencontres ». Prochain test, le samedi 19 aout face à Ajaccio. « Match après match, nous allons trouver notre rythme et notre stabilité. Ce n’est que le début » a promis Ibrahimovic, en espérant peut-être qu’en terre corse, il n’aura pas à tout faire tout seul encore une fois.



A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs