thumbnail Bonjour,

Le championnat de France 2012-2013 débute ce vendredi. A cette occasion, Goal.com vous a réuni les dix principales interrogations que suscite cette nouvelle campagne.

Après un break de trois mois, le championnat de France de Ligue 1 reprend ses droits ce vendredi avec le match d’ouverture qui oppose Montpellier à Toulouse. A partir de cette soirée-là et jusqu’au 26 mai prochain, bataille battra son plein à tous les étages entre les vingt représentants de l’élite française. Naturellement, tous ne rivaliseront pas pour le même objectif, mais il est certain que pendant ses neuf mois de compétition, indépendamment des moyens et du stat que chaque club dispose, le maitre mot sera la compétitivité et la nécessité de réaliser la meilleure campagne possible.

Comme c’est le cas chaque année, une saison de Ligue 1 débute avec son lot d’incertitudes. Et cet été, elles sont particulièrement nombreuses. Ces questions que l’on se pose avec insistance et auxquelles on est impatient d’avoir des réponses. Des doutes sur un sujet que seul le terrain pourra lever. Ou alors de simples curiosités qu’il convient aux acteurs de ce championnat d’assouvir. La rédaction de Goal.com a réuni dix de ces questions et s’est mouillée en proposant des réponses en guise de pronostics. Elle invite ses lecteurs à faire de même, tout en leur donnant rendez-vous pour la fin de la saison pour connaitre l’ensemble des verdicts.

LE PSG VA-T-IL SURVOLER LE CHAMPIONNAT ?


Le club de la capitale, deuxième du dernier exercice, a employé les grands moyens cet été pour franchir la marche qui le sépare du sommet. En l’espace de quelques semaines seulement, les dirigeants ont mis pas moins de 139M€ sur la table pour le renforcement de l’effectif. Des dépenses qu’aucun club français, ni même européen, ne peut se permettre à l’heure actuelle. Les propriétaires qataris n’ont donc pas lésiné sur leurs moyens et à présent ils attendent que leurs efforts soient récompensés. Toute la pression est sur les épaules de Carlo Ancelotti. Cela étant, le technicien italien a toutes les raisons d’être optimiste par rapport à l’objectif qui lui a été fixé, à savoir la conquête du titre national. Logiquement, seule une catastrophe devrait priver les Franciliens de ce qui leur est promis. La question serait plutôt de savoir quand le PSG va être couronné champion.

Réponse : Oui

LE CHAMPIONNAT SERA-T-IL ATTRACTIF ?


La deuxième interrogation qui concerne la future saison de la Ligue 1 est relative à la première posée en haut. Avec tout ce que le PSG a mis en place pour venir à bout de la concurrence, y aura-t-il vraiment un intérêt à se passionner pour la course en titre ? Même la majorité de ses rivaux le reconnaissent ; il y a de fortes chances pour que le club de la capitale fasse cavalier seul tout au long de l’année. Cela dit, il y en a également qui ne s’avouent pas battus avant l’heure à l’instar de Lille et de son président Michel Seydoux. Ce dernier est convaincu que l’argent ne fait pas forcément le bonheur. Il espère donc voir ses hommes donner du fil à retordre aux joueurs d’Ancelotti. Pour l’intérêt du championnat, ça serait un plus. Et si ce n’est pas le cas ? A notre humble avis, la Ligue 1 méritera tout de même le détour au regard de ce qu’elle regorge désormais comme belles individualités. Il y aussi la bataille pour le podium qui promet de faire rage ou encore la lutte pour le maintien qui devrait concerner, une fois de plus, la moitié de l’élite.

Réponse : Oui

IBRAHIMOVIC TERMINERA-T-IL MEILLEUR BUTEUR ?


Il sera la tête de gondole de ce championnat qui se profile. Il est Suédois et il débarque de l’Italie, j’ai nommé Zlatan Ibrahimovic. Arraché au Milan AC, le géant Scandinave devient naturellement l’attraction numéro une du championnat français. Une attraction comme l’Hexagone n’en a peut-être plus eu depuis Ronaldinho, Rai, Weah et Cie. Il suffit juste de revoir ce que sa présentation à la presse a réuni comme monde ou généré comme réactions pour comprendre que l’ancien Rossonero est une star qui améliore l’image de la Ligue 1. Voilà ce qu’Ibrahimovic a provoqué comme répercussions en coulisses. Qu’en sera-t-il de son impact sur le rectangle vert. Meilleur buteur du dernier exercice de la Serie A, l’ex Rossonero peut, sans nul doute, faire aussi bien dans le championnat français. A moins qu’il n’ait droit à un traitement à part de la part des défenseurs qui vont le croiser, il est parti pour succéder au duo Olivier Giroud – Nenê.

Réponse : Oui

QUI SERA LE MEILLEUR JOUEUR FRANÇAIS DU CHAMPIONNAT ?


Logiquement, c’est un joueur du Paris SG qui devrait décrocher en mai prochain le titre du meilleur joueur du championnat. Et il y a de très bonnes chances pour qu’il ne soit pas Français vu l’effectif extrêmement cosmopolite que possède aujourd’hui le club de la capitale. Les Ibrahimovic, Thiago Silva, Pastore ou Lavezzi ont le profil idéal pour remporter la petite statuette de l’UNFP. Et pour ce qui est des joueurs locaux ? En effet, il serait plus intéressant de spéculer sur l’identité de celui qui sera le plus en vue et le plus performant parmi les Français. Lors du dernier exercice, c’est incontestablement Olivier Giroud qui a fait la plus grande impression. Cette année, ces éventuels héritiers ont pour nom : Marvin Martin, Nolan Roux, Clément Grenier, Bafetimbi Gomis, Yoann Gourcuff, André-Pierre Gignac, Mathieu Valbuena, Anthony Mounier. Cela dit, une surprise n’est pas écart, bien qu’il n’y en a pas eu beaucoup ces dernières années.

Réponse : Marvin Martin

MONTPELLIER FERA-T-IL UNE 2e BONNE SAISON DE SUITE ?


Champion de France en mai dernier pour la première fois de son histoire, Montpellier n’a pas la prétention de faire aussi bien cette saison. Du moins, ce n’est pas ce que les Héraultais clament. L’objectif premier que sont fixés les Pailladins c’est surtout de demeurer dans le premier plan du football français. En dépit de leur statut, cela ne sera pas de tout repos. D’abord, parce qu’il n’est jamais facile de confirmer et Lille en sait quelques choses. Ensuite, le club a perdu son meilleur atout offensif, en la personne d’Olivier Giroud, parti à Arsenal. Enfin, il y aura ce devoir de jongler entre le championnat et la très exigeante Ligue des Champions Européenne. Une mission que le MHSC ne connait pas et qui pourrait lui être préjudiciable à plus d’un titre. Si on est supporter de l’équipe, on peut donc être inquiet, mais on peut aussi se dire que l’équipe de René Girard a gagné en expérience ces derniers mois et que son mercato estival semble plus ou moins réussi. Enfin, il y a la variable de l’état d’esprit qui ne semble pas avoir trop changé et c’est ce qui est le plus important.

Réponse : Oui

MARSEILLE VA-T-IL RETROUVER LE PODIUM ?


Les temps sont durs en ce moment à l’OM. Après la période dorée entre 2009 et 2011, qui a vu le club remporter de nombreux trophées et participer à trois Ligue des Champions de suite, c’est une véritable décadence que les Phocéens ont vécu en 2011-2012. En perte de vitesse et aussi de motivation, Cheyrou et ses partenaires ont complètement dégringolé dans la hiérarchie des clubs français pour finir à une très décevante 10e place au classement. Pour les responsables du club, ces résultats sont inacceptables, surtout lorsqu’ils sont suivis d’un manque à gagner constant au niveau financier. En ces circonstances, il est difficile d’être confiant pour un rebond rapide du club olympien. Et ça le sera encore plus compliqué si ses responsables venaient à laisser partir certains cadres (Alou Diarra, Loic Rémy, Cesar Azpilicueta). Elie Baup, le nouveau coach, a pourtant comme devoir de faire remonter l’équipe dans le trio de tête de la Ligue 1. On ne peut que lui souhaiter bon courage car il en aura bien besoin.

Réponse : Non

4. L'OL VA-T-IL CONTINUER A RÉGRESSER ?


Un peu comme ça a été le cas à l’OM, l’OL sort d’une saison très difficile, bien qu’achevée par une Coupe de France gagnée.  Pour la première fois depuis 1999, les Gones ne sont pas parvenus à décrocher une place sur le podium, ratant ainsi la qualification pour la Ligue des Champions. Une Ligue des Champions où ils s’étaient pourtant habitués, depuis huit ans, à franchir le premier tour. Pour Jean-Michel Aulas, l’homme fort du club, ce retour en arrière a été vécu comme une vraie désillusion. Sa déception, il l’a d’ailleurs laissée transparaitre durant l’intersaison en s’attaquant aux « dinosaures et aux pharaons de l’équipe ». Après ce rappel à l’ordre, l’équipe, toujours entrainée par Remi Garde, a reçu comme consigne de se relancer et renouer avec ses habitudes d’avant. La victoire lors du Trophée des Champions laisse croire que le message a été saisi. Mais est-ce que cette formation, qui a encore perdu en qualité, saura donner satisfaction sur la durée ?

Réponse : Non

LILLE RESTERA-T-IL COMPÉTITIF SANS HAZARD ?


C’est avec une grande tristesse que le LOSC a dû, en fin de saison dernière, se séparer de son joueur vedette, Eden Hazard. Après cinq saisons passées au club, où il n’a cessé de briller et porter l’équipe première sur ses épaules, le prodige belge a fait le choix de rejoindre l’Angleterre et son club de Chelsea. Un transfert qui était, plus ou moins, programmé, mais qui, malgré tout, était dur à avaler et il suffit juste de se replonger dans cette soirée d’adieux du mois de mai dernier. Elu deux fois de suite meilleur joueur de la Ligue 1, Hazard va donc manquer aux Lillois. Mais à quel point ? Sans leur numéro 7, les Dogues arriveront-ils toujours à concurrencer les meilleurs de ce championnat ? Leur jeu léché et offensif ne perdra-t-il pas de sa qualité ? Des questions que s’est certainement posées le coach Rudi Garcia et c’est pourquoi il s’est empressé de recruter rapidement des éléments comme Marvin Martin et Salomon Kalou. Sachant qu’aucun autre joueur notable de l’équipe n’est parti cet été, il n’est pas interdit de supposer qu’à Lille, il y aura bien une vie après Hazard.

Réponse : Oui

QUELLE SERA L’ÉQUIPE SURPRISE DE LA SAISON ?


La saison dernière, Montpellier a ébahi tous les observateurs en bousculant la hiérarchie du début jusqu’à la fin du championnat pour conclure sa campagne à la plus haute marche du podium. Une surprise comme un vent de fraicheur sur ce championnat. Cette fois, il est difficile d’imaginer qu’une pareille « anomalie » puisse se reproduire, surtout que Paris parait être fortement armé pour résister à ce genre de poussées. Toutefois, il se peut malgré tout qu’une équipe émerge du lot pour venir se frotter aux plus gros. A défaut de batailler pour le titre, elle peut se mêler à la course à l’Europe, voire à la Ligue des Champions. Parmi les formations qui ont de bons arguments pour endosser ce rôle, il y a, en premier lieu, l’AS Saint-Etienne. L’équipe de Christophe Galtier qui avait été déjà toute proche d’accrocher une qualification continentale en mai, a manifestement tout fait pour l’intersaison pour franchir un nouveau pallier. En s’offrant des éléments comme Hamouma, Clerc et Cohade, tout en conservant ses autres talents (Zouma, Aubameyang, Gradel), le club forézienne a signé le mercato qu’il fallait pour poursuivre sa marche vers l’avant.

Réponse : Saint-Étienne

1. QUI SERONT LES 3 RELÉGUÉS A LA FIN DE LA SAISON ?


Connaissant le suspense qui a entouré la bataille pour le maintien lors des deux dernières saisons, difficile d’émettre un pronostic concernant le trio qui sera appelée à descendre en Ligue 1 au bout de l’exercice qui se présente. La prévision logique est de se dire quand même que les promus, à savoir Bastia, Reims et Troyes, sont les mieux placés pour regagner l’ascenseur. Sauf qu’il faudrait un vrai concours circonstances, ou un respect excessif de la logique, pour que ses trois équipes descendent en même temps un an seulement après leur accession. Le club corse semble présenter suffisamment d’atouts pour s’éviter une pareille mésaventure. Reims un peu moins, mais on peut penser que son retour parmi l’élite après 33 ans d’absence et un passé glorieux pourraient lui octroyer une force supplémentaire pour se sauver. Pour les Troyes, en revanche, difficile de trouver des motifs d’encourageants. Ils sont donc les premiers candidats à la rétrogradation. Mais qu’ils se rassurent ; ils ne sont pas les seuls. Dans ce club, on peut facilement inclure des équipes comme Ajaccio, Brest ou Valenciennes. Enfin, puisque depuis 2007, il y a un grand « gros » qui descend chaque année, il y a lieu de se dire que personne n’est à l’abri. Sauf Paris, bien sûr. Quoi que…

Réponse : Reims, Troyes, Ajaccio

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web