thumbnail Bonjour,

Renforcé à gros coups de millions, le PSG part comme le favori indiscutable comme la prochaine saison de Ligue 1. Ne pas le voir sacré en mai prochain serait une vraie surprise.

Qui pourrait bien priver le Paris Saint-Germain du titre de champion de France qui lui est promis cette saison ? On a beau chercher, on ne trouve pas. Non pas que ses concurrents se sont affaiblis, mais c’est surtout lui qui a tout fait, cet été et aussi celui d’avant, pour se retrouver dans un autre monde, celui des clubs les plus grands d’Europe. Ou, du moins, les plus ambitieux. Avec un effectif qui fait jalouser n’importe quel technicien, l’équipe francilienne présente, sur le papier, tous les arguments pour aller conquérir son troisième couronne nationale. Le première depuis 1994. Cela se vérifiera-t-il sur le terrain ? Avec le football tout est possible, mais il est quand même difficile d’imaginer que cette constellation de stars échoue une nouvelle fois dans sa quête de gloire.

La saison dernière et ce qui a changé :

Par manque de régularité, le PSG a raté de peu de monter la saison dernière sur le toit de l’Hexagone. Les joueurs de la capitale se sont fait devancés par les brillants montpelliérains et leur charismatique président, Louis Nicollin. En apparence, la direction du club ainsi que ses propriétaires de la QSI ont accepté la défaite de la manière la plus fair-play possible, en ne manquant pas de féliciter les Héraultais. Mais, en interne, cette deuxième place a provoqué une vraie désillusion que Leonardo et son entourage ont mis un peu de temps à digérer. L’ancien coach de l’Inter a peu gouté au fait que son équipe se soit relâchée lors de la dernière ligne droite et il s’est promis de tout faire pour que cette erreur ne se reproduise plus.

En déboursant la bagatelle de 99 millions lors du mercato 2012, qui s’ajoutent aux 85 de l’exercice écoulé, le PSG a annoncé la couleur en même temps que ses intentions de ne plus se faire dominer sur la scène domestique. Avec les venues de l’Italie de Lavezzi, d’Ibrahimovic, de Verratti et de Thiago Silva, le vice-champion de France a ajouté trois énormes talents à un effectif qui n’en manquait pas. Il est désormais du devoir de Carlo Ancelotti de trouver la partition parfaite afin de tirer le meilleur de chacune de ses vedettes. Le très respectueux italien, en dépit de son aura et sa belle carte de visite, sait déjà qu’il n’aura pas le droit au faux-pas. A Paris, le niveau d’exigence est monté en flèche ces derniers mois et il concerne toutes les composantes du club.

Le système et le style de jeu :

Avec tous les joueurs qu’il a à sa disposition, le coach parisien devrait avoir l’embarras du choix pour composer son équipe-type, et aussi pour choisir un système de jeu. Un problème de riche dont il ne va pas se plaindre. Depuis qu’il est débarqué au Parc des Princes, l’ancien manager de Chelsea a expérimenté un grand nombre de formules, mais sans vraiment trouver la bonne. La tactique en arbre de Noël (4-2-3-1) est celle qu’il a le plus essayé et il lui est aussi arrivé de reprendre les tactiques de son prédécesseur, Antoine Kombouaré. Pour la saison à venir, il n’est pas impossible de le voir multiplier encore les différentes combinaisons, mais la tendance serait à ce qu’il opte surtout pour le traditionnel 4-2-3-1. Avec une pointe qui aura pour nom Ibrahimovic, cela apparait comme étant la solution idoine.

Concernant les hommes auxquels « Carletto » va faire confiance, il n’y a que très peu de certitudes. Tous les postes sont susceptibles d’être soumis à la concurrence et à la rotation, à l’exception peut-être de deux ou trois qui concernent Sirigu, Thiago Silva et Ibrahimovic. En défense, comme en milieu de terrain, aucune hiérarchie n’est vraiment établie, même s’il est logique de supposer que les dernières recrues (Maxwell, Alex, Verratti) sont celles qui ont le plus de chances d’être constamment sollicitées. Les joueurs recrutés sous l’ère Kombouaré n’ont, eux, plus vraiment la cote, mais Ancelotti n’a cessé d’insister durant l’intersaison qu’il comptait toujours sur eux et s’est appliqué à fermer la porte à tout départ. Des propos qui ont dû rassurer les intéressés. Reste à savoir s’ils trouveront un prolongement sur le rectangle vert.



L’homme à suivre : Marco Verratti

De tous les derniers transfuges du PSG, il est celui qui est le moins connu sur la scène internationale, mais du côté du Parc, on est nombreux à jurer qu’il n’en est pas le moins talentueux. Arrivé de Pescara le même jour qu’un certain Zlatan Ibrahimovic de Milan, le jeune prodige (19 ans) italien n’a peut-être pas eu l’attention qu’il méritait lors de sa présentation, mais ce n’est pas vraiment ce qu’il recherche. Surnommé le « nouveau Pirlo » en Italie, il est surtout déterminé à prouver sa valeur sur le terrain et être ainsi à la hauteur de ce grand club qu’est en train devenir Paris. Même s’il n’a jamais eu l’honneur d’évoluer en Serie A italienne, Verratti fait l’unanimité dans son pays et sa présence dans la liste des 30 pré-sélectionnés de Cesare Prandelli pour le dernier Euro en est la preuve. Il lui incombe maintenant de séduire la France.

Equipe-type :

Sirigu ; Jallet, Alex (ou M. Sakho), Thiago Silva, Maxwell ; Thiago Motta, Pastore, Moh. Sissoko; Lavezzi, Menez, Ibrahimovic.

Le recrutement :   

Arrivées : Ibrahimovic (Milan AC), Landré (Clermont r.p.), Lavezzi (Naples), J.-E. Maurice (Lens, r.p.), Rabiot (c.p.), Thiago Silva (Milan), Verratti (Pescara).

Départs : Arnaud (f.c.), Bahebeck (Troyes), Cearà (Cruzeiro), Ngoyi (Troyes).

Le calendrier du mois d’aout :

1e journée (le 11 aout) : Paris SG – Lorient
2e journée (le 19 aout) : Ajaccio – Paris SG
3e journée (le 26 aout) : Paris SG – Bordeaux
4e journée (le 2 septembre) : Lille – Paris SG

L’objectif :

La question de l’objectif du Paris SG ne devrait même pas se poser tellement sa réponse est évidente. Avec sa puissance nouvelle et ce dans tous les domaines, le club francilien ne vise rien d’autre que le titre de champion en Ligue 1. Deuxième lors de l’exercice écoulé, l’équipe de Carlo Ancelotti est décidée d’accéder au sommet et elle n’imagine pas une seconde manquer cette mission. Avec des joueurs de classe mondiale comme ceux qui la composent, le PSG espère même survoler ce championnat, mais aussi avoir un rôle à jouer dans la prestigieuse Ligue des Champions qu'il retrouve après huit ans d'absence. Enfin, au regard de la richesse de son banc, les Parisiens ont aussi les moyens d’enrichir cette année leur palmarès avec une ou deux petites Coupes Nationales. « Cette saison, si nous travaillons et que nous tirons tous dans le même sens, on peut gagner les trois titres : le Championnat et les deux Coupes » convient le milieu argentin de l’équipe, Javier Pastore.

La cote Goal.com :

*****

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web