thumbnail Bonjour,

Les 4 principaux clubs corses, aux moyens limités, devront batailler dur pour confirmer leur place en L1, L2 et National, après une saison 2011-12 historique.

L'AC Ajaccio, qui a assuré son maintien en L1, a ainsi été rejoint par le Sporting Club Bastia, champion de L2, tandis que le Gazélec Ajaccio (GFCA) est monté en L2 et le Cercle Athlétique Bastiais en National. Le premier défi pour l'ACA et le SCB fut d'effectuer des recrutements adaptés à leurs budgets parmi les plus faibles de L1, environ 20 millions d'euros, soit cinq fois moins que ce que le PSG a dépensé pour seulement quatre recrues cet été. Les deux formations, qui ont évolué pour la dernière fois ensemble en L1 de 2002 à 2005, ont d'abord choisi de sécuriser le poste d'entraîneur. Bastia a prolongé Frédéric Hantz, ancien du Mans, qui reste sur deux titres de champions d'affilée (L2, National) et l'ACA a accueilli Alex Dupont, évincé de Brest la saison dernière, en remplacement d'Olivier Pantaloni parti à la surprise générale.

Un challenge économique également

Le GFCA a maintenu Dominique Veilex, demi-finaliste de la Coupe de France 2011-2012. L'ACA, en plus d'avoir gardé des joueurs clés comme le gardien mexicain Guillermo Ochoa, a enregistré l'arrivée du milieu Ricardo Faty (Aris Salonique), suivi de Sigamary Diarra (FC Lorient), Brandon Deville (Anderlecht), Chahir Belghazouani (Zulte Waregem) et du gardien Oumar Sissoko (Metz). Le SCB est resté fidèle à sa philosophie associant joueurs expérimentés - Jérôme Rothen, Ilan Araujo (AC Ajaccio) et Sylvain Marchal (Saint-Etienne) - et jeunes talents - Whabi Khazri, Sambou Yatabaré (Monaco) et Julian Palmieri (Istres).

Malgré leur bonne santé sportive et l'engouement du public dans cette île de 300.000 habitants (déjà 7.000 abonnements vendus pour le SCB, près de 5.000 à l'ACA, 1.500 au GFCA), les clubs corses doivent composer avec la carence des infrastructures en quête d'homologation. Le SCB et l'ACA ont déboursé un demi-million d'euros environ chacun pour remplacer des pelouses, vieilles respectivement de 80 et 44 ans, en plus d'effectuer des travaux notamment dans les tribunes. Le Gazélec a subi une mise aux normes drastique du stade de Mezzavia moyennant un million d'euros, avec obligation d'agrandir le terrain, de modifier les pylônes d'éclairage, d'installer des caméras de surveillance et de rénover les locaux. Conscients de cette situation, les quatre clubs ont adressé ensemble un message à leurs supporteurs, le 24 juillet à Corte, les appelant à se responsabiliser et à soutenir "l'ensemble des clubs insulaires, professionnels ou non". En attendant, ils entendent miser sur les valeurs qui ont fait la force du football corse ces dernières années: humilité, combativité et respect du maillot.

Relatifs