thumbnail Bonjour,

Le début de saison marseillais est loin d'être convaincant et le marché des transferts est loin de pouvoir rassurer des supporteurs inquiets pour la saison à venir.

Après 3 trois matches amicaux, l’impression est que l’Olympique de Marseille n’avance toujours pas. Le projet reste en stand-by et ne semble pas vouloir décoller. Trois matches, pour aucune victoire, et ce contre des équipes loin d'être imbattables. Car si Benfica était un test sérieux, les olympiens l’ont raté sans appels possibles. Et si les matches contre Sion et Nîmes devaient être des balades de santé, elles se sont vite transformées en remontées raides.

Elie Baup est arrivé, et qui dit changement d’entraîneur dit forcément nouvelle tactique, temps d’adaptation et nouveau plan de jeu. Alors pour l’instant, on est loin de voir un Marseille capable de rivaliser avec l’ogre parisien. Mais aussi loin de pouvoir viser la Ligue des Champions contre Lille, Lyon ou même Montpellier.

Car si comme pour Lyon, les résultats positifs se font attendre, à Marseille, le fond de jeu a disparu. Le match nul 1-1 contre Sion, après six jours de préparation usant à Crans-Montana, peut être compréhensible, surtout si l’on aligne une équipe où les jeunes de l’équipe réserve sont majoritaires. Les Marseillais avait dê attendre un exploit individuel de Loïc Rémy pour revenir à la marque. Contre Benfica, plus que le résultat, c’est le jeu qui était inexistant. Les portugais confisquèrent le ballon aux phocéens pendant pratiquement 90 minutes. Au final, le score de 2-0 était indiscutable et Marseille rentrait avec de nombreux doutes. Le match de ce vendredi face à Nîmes s’est là encore révélé une surprise. Le club de Ligue 1 ne se sera procurer que deux occasions face aux modestes neo-promus en deuxième division. L’équipe a eu au moins le mérite d’être réaliste puisqu’elle a inscrit deux buts sur ses deux occasions. Ce fût ensuite un récital gardois pour un résultat final de 2-2 qui souligne les difficultés qu’ont les marseillais à garder le ballon et surtout, à en faire bon usage.

Le plus inquiétant de cette série de trois matches est l’incapacité olympienne à se créer une simple occasion de but, et si le bonjour se voit du matin, on se dit que Marseille devra compter sur des exploits individuels répétés d’Ayew et de Rémy pour pouvoir contenter un minimum les supporteurs, assoiffés de revanche après une saison décevante. Alors, du côté de la Cannebière, on espère que finalement l’heure de Gignac arrivera. Arrivé pour 18 millions, l’ancien toulousain n’a jamais confirmé avec l’OM et avec une bonne préparation physique cette année, et un but inscrit hier contre Nîmes, l’international espère bien confirmer son transfert d'il y a deux ans.

Mais si les attaquant comptent leurs ballons au compte-goutte, c’est sûrement parce que les ballons ont du mal à arriver. En manque d’un vrai meneur de jeu, ce qu’il manque à l’OM s’appelle Lucho, incapable d’être remplacé dans l’effectif. En plus d'Amalfitano, il faudra donc cette saison parier sur des jeunes qui semblent encore bien tendres aux vus des premiers matches amicaux.

Le marché justement ; Marseille semble incapable d’attirer un joueur. Seul le nantais Raspentino a été séduit par le projet et pour l’instant, on a peur qu’il soit la recrue phare de cette fenêtre de transferts. Taiwo, Mesbah, Hamouma, Maïga, la liste des joueurs qui ont refusé d’atterrir sur le vieux port est longue et plus que l’argent, il semble que ce soit la capacité à motiver un joueur de venir jouer dans l’un des plus grands club de Ligue 1 qui manque.

La saison risque d’être longue du côté de Marseille, et les supporteurs espèrent que le retour de joueurs cadres comme Valbuena, Diarra ou Azpilicueta changera la donne d'une saison qui s'annonce compliquée.

  

Relatifs