thumbnail Bonjour,

Invité sur les ondes de RMC, Souleymane Diawara a pris le temps de s'exprimer sur l'actualité de l'OM et les objectifs du club pour la saison prochaine.

Toujours convalescent suite à une sérieuse blessure au genou droit survenue fin Mars, le défenseur de l'Olympique Marseille qui fêtera ses 34 ans en fin d'année, était de passage sur les ondes de RMC. L'occasion de revoir l'actualité de son club, mais aussi de la concurrence et en particulier du PSG, qui se profil comme le favori incontestable du championnat. Pour autant, le défenseur sénégalais ne se dit pas vaincu et pense avant tout à la vérité du terrain.



Une route encore longue

Mais le terrain, Diawara devra attendre pour le retrouver. Opéré d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit survenu durant le mois de mars, le défenseur marseillais est toujours en phase de récupération. "On a repris le footing depuis une dizaine de jours. Et aussi la musculation, le vélo." une récupération qui sera encore longue si l'ont en croit la date de retour qu'a fixé le staff de l'Olympique Marseille. "Le retour à la compétition est prévu pour le mois d’octobre. Si j’ai de la chance, j’espère être compétitif avant." Un souhait certainement partagé par toute l'équipe qui recevra le PSG le 6 octobre. Et jusqu'ici, les parisiens, coiffés aux poteaux par Montpellier la saison passée, ont clairement affiché leur intention durant le mercato. avec les arrivées d'Ezequiel Lavezzi, Thiago Silva, Zlatan Ibrahimovic ou encore Marco Verratti, le club de la capitale envoie un message fort. "Il faut voir s’ils vont s’entendre, s’ils peuvent jouer ensemble. Le Real Madrid, ça faisait combien de temps qu’il n’avait pas gagné le championnat ? On verra sur le terrain". tempère toutefois le défenseur de l'OM.


Une situation difficile

La vérité du terrain, l'OM aussi y sera confronté. Car le club olympien se trouve dans une situation précaire et aujourd'hui, la direction qui souhaite équilibrer les comptes, pensent surtout à soulager la masse salariale du club. "Apparemment, il y a des problèmes de liquidités alors il va falloir vendre des joueurs d’après ce que j’ai entendu." Une contraire qui laisse peu de places aux renforts, même si l'OM a déjà enregistré une arrivée. "Il n’y a que Florian Raspentino qui est arrivé. Mais le mercato ne ferme que le 4 septembre. Il y a encore le temps. On n’est pas pressé." Niveau ambition, le sénégalais ne se montre pas pessimiste pour autant. Malgré les renforts de classes mondiales arrivés au PSG ainsi que l'activité du LOSC et de l'ASSE sur le marché, les objectifs restent élevés. "Quand vous avez la chance d’évoluer dans un grand club, l’objectif, c’est d’être européen, de jouer la Ligue des champions, donc de finir dans les trois premières places."



Une nouvelle ère

En attendant une éventuelle qualification en Ligue des Champions la saison prochaine, l'OM va passer par la case Ligue Europa. Une compétition souvent négligée par les clubs français, d'avantage soucieux d'assurer les revenues liés à la Coupe au grande oreilles que de se montrer ambitieux dans une compétition peu gratifiante sur le plan financier. Pour Diawara, l'OM devra toutefois offrir un vrai visage compétiteur sur le front européen et ne pas négliger une chance de titre. "Tous les matchs, on va les jouer à fond. On ne va négliger aucune coupe. On va tout faire pour aller le plus loin possible dans toutes les compétitions." Une objectif ambitieux, surtout que le banc marseillais a aussi connu sa part de bouleversement. Mais le défenseur olympien n'y voit pas forcement un point négatif, au contraire. Même si lui s'entendait "super bien" avec Deschamps, cela n'était pas le cas de tous dans le vestiaire olympien. "Il y a certains joueurs pour lesquels ça n’allait plus avec le coach Deschamps. Les joueurs sont prêts à se rattraper parce qu’on ne peut pas rééditer une saison comme ça. Les joueurs qui étaient un peu en froid, qui en avaient un peu marre sous l’ère Deschamps, ils vont se libérer." Un point d'optimisme pour une équipe qui malgré la situation, ne changera pas ses habitudes en termes d'ambitions.





Relatifs