thumbnail Bonjour,

Alors que la reprise de l’entrainement est prévue pour ce lundi, le club phocéen fait face déjà à sa première crise de l’intersaison, due au futur départ de Didier Deschamps.

Avec l’OM, depuis X années, on était habitué à vivre des secousses et malaises de tout genre, mais pas à un stade aussi avancé de la saison. Avant même que la reprise de l’entrainement en vue de la campagne 2012/2013 n’ait démarré, le club phocéen fait face à ses premiers soubresauts estivaux. Des problèmes à la pelle et qui n’augurent assurément rien de bon pour l’avenir. La raison étant le futur de départ de Didier Deschamps, qui est à la fois brusque, mais aussi prévisible. En décidant de quitter la maison olympienne avant la fin de son contrat, le technicien basque oblige tout le club à revoir ses plans, mais aussi à préparer des changements auxquels il n’était pas vraiment préparé. L’inactivité enregistrée jusque-là sur le marché des transferts, de même que l’absence d’une solution crédible de rechange pour le poste de coach en sont les meilleures preuves.

La direction marseillaise joue la montre

Au sortir d’une saison qui a vu l’équipe marseillaise terminer à la 10e place de la Ligue 1, la possibilité de voir DD faire ses valises était parfaitement envisageable. L’anticiper n’aurait pas été un coup ingénieux de la part de la direction marseillaise, sauf que par oubli, ou alors pas négligence, Vincent Labrune et ses disciples n’y ont pas vraiment pas pensé. Et ce n’était, en sus, pas faute d’être prévenus. L’intéressé les avait avertis à la fin du mois dernier qu’il ne pouvait plus « travailler dans ses conditions ». Ce fâcheux quiproquo a fait qu’aujourd’hui tout le monde se retrouve dans l’embarras, y compris Deschamps lui-même. Les discussions relatives à une séparation viennent tout juste de démarrer et vu les positions diamétralement opposées des deux parties, il y a fort à parier qu’ils vont durer un bon temps. Du moins, beaucoup plus qu’il n’en faut.

Selon des sources concordantes, Deschamps et Labrune devaient se rencontrer ce dimanche pour trouver un accord. Rien n’a filtré de cette discussion et il n’est même pas sûr que l’entrevue en question a vraiment eu lieu. Pourquoi un tel retard ? A en croire ce qui se dit ici et là, Margarita Louis-Dreyfus, l’actionnaire principale du club, n’est pas disposée à indemniser un entraineur démissionnaire. Soucieuse cette saison de faire respecter le plan d’austérité pour pallier à l’important déficit financier enregistré durant les derniers mois, elle n’est pas du tout chaude pour acter une « exception » dès le retour des vacances. Bien qu’il y ait toujours eu un respect mutuel entre elle et l’entraineur, il n’est donc pas question de céder à toute demande. Et encore moins à celle qui la contraindrait de faire un chèque, en guise de cadeau de départ, à celui qui n’aura plus rien à faire des malheurs de l’OM dans les prochains jours.

L’idée de MLD, et qui est aussi celle de Labrune, est de temporiser et attendre une proposition d’indemnisation de la part de la Fédération Française de Football. Le fait que Noel Le Graët, le président de cette entité, cible Deschamps comme le prinicpal successeur de Blanc au poste de sélectionneur n’est un secret pour personne. Ainsi, les responsables marseillais comptent tout faire pour obtenir les 3 et quelques millions d’euros que représente la clause de résiliation de Deschamps en faveur d’un autre club, ou sélection. Si cela se produit, ils seraient satisfaits. Mais, le souci c’est qu’une telle démarche serait une première dans l’histoire du football français. Et il n’est pas du tout certain que cela fasse bon écho auprès des autres clubs. En attendant qu’il y ait une solution à cette impasse, les séances d’entrainement de l’OM seront assurés par Henri Stambouli et Franck Passi. Le duo sera sous les feux des projecteurs dès demain. Mais il est inutile de préciser qu’il aurait préféré l’être dans des circonstances beaucoup plus paisibles.



A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs