thumbnail Bonjour,

Après cinq défaites consécutives en Ligue 1, l'heure n'est plus à penser à la 3e place. Mais l'OM, vraiment à la rue face à Dijon, a-t-il vraiment touché le fond ? Pas sûr...

Les temps sont durs pour l'OM qui n'en finit pas de chuter. Pointé à la 9e place en Ligue 1, l'équipe phocéenne est loin, très loin des objectifs présidentiels, à savoir se qualifier pour la Ligue des Champions. Certes le quart de finale de la plus prestigieuse des compétitions est flatteur, mais l'an prochain les Marseillais la regarderont à la télé ou la joueront à "la Playstation" pour reprendre des propos du président Aulas à l'encontre des Stéphanois. Entre la colère du président et les propos plus mesurés de Didier Deschamps, l'heure est grave. L'OM va-t-il enfin re-décoller ?

La sortie présidentielle a-t-elle fait mouche ?

Le président olympien, Vincent Labrune, n'y est pas allé par avec le dos de la cuillère. Frustré, dégoûté du match de ses ouailles face à Dijon (1-2) au Stade Vélodrome, l'homme de confiance de Margarita Louis-Dreyfus avait un message à faire passer. "Sur le contenu des matches de championnat c'est d'une extrême pauvreté, ce n'est pas digne de l'Olympique de Marseille. Un ressort est cassé", déclarait-il visiblement excédé. Dans une certaine cacophonie, preuve que la sortie présidentielle n'était pas programmée, Didier Deschamps ne corroborait pas les propos de Vincent Labrune. "Je ne suis pas d'accord avec ce constat, je n'ai pas le sentimement d'avoir vu une équipe qui n'était pas là", réagissait à chaud Deschamps devant les caméras de Canal +. Communiquant réputé, Labrune a-t-il tenté de remettre tout le monde dans le sens de la marche ? Possible.



Les deux hommes ont semble-t-il crevé l'abscès. "Il y a eu une réaction à chaud, on s'est parlé après, il n'y a pas d'antagonisme entre nous", révèle l'entraîneur phocéen, pourtant de plus en plus annoncé vers la sortie en fin de saison, lui qui a un contrat qui court jusqu'en 2014. "J'entraîne pour gagner", révélait Deschamps au CFC dimanche...difficile dans ces conditions d'affirmer qu'il sera encore là la saison prochaine alors que l'OM est en manque de résultats et de moyens financiers. Labrune est un fan de Didier Deschamps, persuadé des qualités du champion du monde 98. Mais aux yeux du président, l'entraîneur n'est pas en cause, les joueurs sont les premiers visés et certains admettent le constat, comme Jérémie Morel, qui dit qu'ils "ne mettent pas un pied devant l'autre". Après 6 défaites consécutives, le communiquant Labrune a jugé bon de sortir ces déclarations, et ce n'est sûrement pas un hasard. L'heure presse et le club est encore engagé dans toutes les compétitions.

Un calendrier démentiel...l'OM peut-il exploser ?

Le constat est flatteur. Marseille est en finale de la Coupe de la Ligue (face à Lyon) et en quart de finale de la Coupe de France (face à Quevilly mardi), ainsi que pour la première fois depuis 1993 en quart de finale de la Ligue des Champions. L'OM, 9e, va donc encore devoir cravacher sur tous les tableaux et trouver le moyen de disputer la Ligue Europa la saison prochaine via les deux coupes nationales. Evidemment, la Coupe de la Ligue (Marseille est double tenant du titre), semble l'objectif le plus évident, mais avant cela, l'OM jouera quasiment tous les trois jours, recevra Montpellier, ira au Parc des Princes, et devra affronter l'ogre munichois en Ligue des Champions (aller-retour). Un programme copieux, certainement au-dessus des forces de cet effectif de plus en plus contesté dans la presse et en interne.

Didier Deschamps l'a assuré, "il n'est pas question de lâcher le championnat", notamment en raison des impératifs économiques (il est nettement plus intéressant économiquement de finir 4e que 9e..). "C'est surtout une question d'honneur et de fierté de finir le plus haut possible", éclairait Deschamps lundi en conférence de presse. Une question vitale pour le club, clairement dans le rouge, et qui s'attend encore à réduire la voilure dans les mois qui viennent, surtout en l'absence de Ligue des Champions (voir ICI). Le coach olympien a annoncé des changements face à Quevilly...il ne manquerait plus que l'OM soit sorti par un club de National pour que cette fois le club phocéen s'enfonce dans une des plus grandes crises sportives de son histoire. Ce sera ensuite Nice, qui lutte pour sa survie, d'attendre fermement l'OM au Ray...on vous l'a dit, ce calendrier est démentiel !

Relatifs

From the web