Ils auraient mérité le Ballon d'Or : #10 Andrea Pirlo

Goal dresse le portrait d'un joueur qui n'a jamais eu le Ballon d'Or et qui aurait mérité de l'avoir. Place à Andrea Pirlo, le brillant esthète italien.

Pirlo n'est pas l'archétype de la star de football d'aujourd'hui. La lumière et les paillettes ne l'ont jamais attiré. La célébrité, ce n'était pas non plus ce qu'il recherchait. Et s'il a fait parler de lui, c'est uniquement pour ce qu'il réalisait sur le terrain. De ses débuts professionnels sous la tunique de Brescia à son crépuscule du côté de New York, le milieu de terrain lombard a toujours suivi une seule ligne directrice : jouer au football pour donner du plaisir et mettre toujours l'intérêt collectif au-dessus du sien. 

Ils auraient mérité le Ballon d'Or : Paolo Maldini

De tous les grands joueurs de champ que l'Italie a vu passer au 21e siècle, Pirlo figure parmi les plus élégants. Son talent ne sautait pas aux yeux, mais il a su exploiter au mieux ses qualités. Sa progression sur les coups francs est un témoin de cette charge de travail et de cette évolution constante. Peu prolifique dans cet exercice durant ses premières années milanaises, il est devenu un vrai maitre en la matière à force de travail. Et que dire de l'art de la dernière passe dans lequel il a excellé, dans son rôle de Quarterback, l'un des secrets de sa longévité au plus haut niveau. 

Ils auraient mérité le Ballon d'Or : Andres Iniesta

La technique de Pirlo a été un régal pour les yeux, de même que sa régularité au fil des années. Au milieu des années 2000, à son poste, il était même le meilleur, car au-delà de son rendement comme milieu relayeur, il s'illustrait aussi par son efficacité comme finisseur. Avec tous ces atouts, pourquoi n'a-t-il pas alors eu une meilleure reconnaissance ? L'hypothèse la plus plausible c'est qu'il a été desservi par son humilité. Car Pirlo est un joueur de qualité, mais aussi un grand homme qui ne s'est jamais mis en avant. Il est resté respectueux de ses coéquipiers, de ses entraineurs et aussi des institutions où il est passé. 

"Fier de chaque seconde de mon passé"

Pirlo est avant tout un joueur d'équipe. Et à ce titre, il lui était difficile de se démarquer comme parviennent à le faire depuis plusieurs années Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Et c'est probablement pour cette raison qu'il n'a pas eu droit aux honneurs individuels quand il a été le principal artisan des conquêtes glorieuses connues par sa sélection ou son équipe en 2006 et 2007. Pourtant, paradoxalement, ces années-là, ce sont des coéquipiers qui ont été primés au Ballon d'Or : Cannavaro la première année, et Kakà la suivante. 

Aujourd'hui, et alors qu'il s'apprête à raccrocher les crampons, Pirlo n'a peut-être pas ce brillant ballon au-dessus de sa cheminée. Mais, il peut, en revanche, se regarder droit dans la glace. C'est ce qu'il a d'ailleurs avoué faire de temps à autre dans son autobiographie : "quand je me regarde dans le miroir quand je me lève, ou avant de me coucher le soir, je vois un quelqu'un de plutôt laid...Mais je vois aussi un homme qui est complètement heureux à travers la figure le regardant fixement. Et qui est fier de chaque seconde de son passé". Une phrase qui en dit suffisamment sur ce joueur. Un joueur dont la grandeur et le talent sont inversement proportionnels à l'égo.