thumbnail Bonjour,

Un peu plus d'une semaine après le match face à l'Ukraine et la qualification, Didier Deschamps revient pour l'Equipe sur les enjeux et les décisions qui lui incombent désormais.

Il n'a jamais donné l'image d'un homme indécis, même s'il a souvent cherché la bonne formule pour une équipe de France en manque de repère. Fidèle à ses idées, à sa ligne de conduite et à ses préceptes tout en affichant une certaine sérénité dans la manière d'assumer ses choix, Didier Deschamps s'est fixé l'objectif d'emmener les Bleus le plus loin possible au Brésil l'été prochain. D'ici là, le sélectionneur ne dévie pas de sa trajectoire et continue de faire ce qu'il a toujours fait, assumer ses ambitions et ses directives. Si tout le monde se demande à quoi ressemblera l'équipe qui représentera la France l'été prochain, le sélectionneur et son staff s'accorde à penser qu'elle ne sera pas bien différente de celle qui a fortement contribué à l'emmener de l'autre côté de l'Atlantique. Le prochain match amical face au Pays Bas sera un révélateur supplémentaire même si DD concède que les conditions d'ccès au maillot bleu n'auront pas changé d'ici là: "J'ai une ligne et je m'y tiens. Ceux qui seront là auront une forte probabilité d'être au Brésil. J'ai dû faire beaucoup de changements, souvent contraint et forcé par les blessures, les suspensions. Un noyau existe. Pour une vingtaine d'entre eux, c'est clair. À condition que leur niveau de performance et leur temps de jeu en club soient satisfaisants."

Ribéry et le Ballon d'Or

Face à l'Ukraine, comme face à l'Espagne au mois de mars dernier, Les Bleus ont montré qu'ils avaient les moyens de contrarier les équipes ambitieuses comme celles qui ont d'ores et déjà le statut de favori pour le Mondial. En somme, cette équipe de France là est capable de tout, du meilleur comme du pire, et inversement. Dans sa réflection, Didier Deschamps et son staff tombent d'accord, le savent et en prennent compte: "Il y aura plus de trois prétendants à la victoire finale. Et il y aura plus de trois sélections favorites face à nous, vu notre classement FIFA. Après, ça ne nous empêche pas d'avoir de l'ambition. Et notamment de pouvoir vivre de nouvelles belles émotions à travers ce que l'on sera capables de faire, de reproduire (...) Le premier objectif, c'est toujours de passer le premier tour. Mais le tirage, le 6 décembre, rendra cet objectif plus ou moins accessible" concède le sélectionneur à l'Equipe.

Parmi les éléments clés qui rendront les exploits possibles ou du moins imaginables, Franck Ribéry est évidemment incontournable. Le meilleur joueur de l'équipe de France, longtemps pressenti pour arriver au Mondial plein de confiance et gonflé à bloc par le gain du Ballon d'Or, pourrait finalement ne pas arrivé à Rio auréolé de la distinction internationale qui lui aurait sans nul doute donné encore plus d'élan, à lui comme à tout l'équipe. Sur le sujet, Didier Deschamps, fervent supporter du Munichois, se montre franchement dubitatif en osant même porter des accusations à demi mots: "Je trouve cette décision (ndlr celle de reporter la date butoire des votes de la part de la FIFA) très, très bizarre. Je ne veux pas utiliser de mots plus forts mais, franchement, je ne comprends pas comment on peut changer un règlement en cours de route (...) En restant objectif, j'estime que c'est le seul joueur qui remplit tous les critères pour l'emporter. Il a été décisif en sélection et avec le Bayern. Son influence sur le jeu, son nombre de buts et de passes décisives en attestent. Il a remporté quatre trophées avec son clubil a été élu meilleur joueur de Bundesliga, meilleur joueur européen. Il y a d'autres grands joueurs, bien sûr. Mais, en 2013, le meilleur, c'est Ribéry." 

Une maigre consolation s'il s'avérait que le trophée ne lui revienne pas. La France espère néammoins que son numéro 7 aura dans l'idée d'en gagner un autre l'été prochain, autrement plus prestigieux. 

Relatifs

From the web