thumbnail Bonjour,

Lucas Moura, le futur transfuge du PSG, a accordé une interview au Goal.com Brésilien dans lequel il évoque les ambitions qu’il nourrit en rejoignant le club de la capitale.

En janvier prochain, le Paris SG va pouvoir compter sur un nouveau joueur de classe mondial, en la personne de Lucas Moura. A seulement 20 ans, ce dernier est considéré comme l’un des plus grands espoirs du football brésilien et le prix qu’il a couté au club de la capitale française (45M€) le démontre amplement. En attendant de rallier le Parc des Princes, ce milieu offensif continue de faire les beaux jours de Sao Paulo. Mais, cela ne l’empêche pas de se projeter sur son futur challenge et les perspectives qu’il va lui offrir. C’est ce qu’il a déclaré dans un entretien exclusif accordé au Goal.com Brésilien.

« ÊTRE AU MÊME NIVEAU QU’IBRA, THIAGO ET LES AUTRES »

Lucas, qu’est ce que représente pour vous le fait de pouvoir jouer pour le PSG bientôt ?

Lucas Moura : C’est une énorme opportunité de pouvoir grandir comme joueur et comme personne. C’est le genre de choses que j’aimerai vivre, de savoir si je peux être au même niveau que des joueurs comme Ibrahimovic, Thiago Silva, Van der Wiel, Lavezzi ou Pastore. Je suis très excité à l’idée de connaitre ça.

En ce moment, au Brésil, il y a ce sentiment général que des joueurs comme vous ou Neymar sont plus performants en club qu’ils ne le sont en sélection…

L.M. : Vous ne pouvez pas comparer les deux situations. Lorsque vous êtes en club, vous travaillez à chaque fois avec les mêmes coéquipiers, alors qu’en sélection, vous n’avez que quelques jours pour créer des complicités. Tout est différent, vous ressentez la pression quand vous êtes avec la sélection, vous ressentez de grosses responsabilités. Notre but commun est de pouvoir être aussi compétitif avec la Seleçao qu’on l’est avec nos clubs respectifs.

Certains disent aussi que votre futur transfert au PSG a pu avoir des repercussions négatives sur votre rendement avec Sao Paulo…

L.M. : A chaque fois que je rentre sur le terrain, que je représente le Sao Paulo ou le Brésil, je donne le meilleur de moi-même. Je n’aime pas perdre, et je veux toujours gagner. Quand le transfert a été confirmé, j’ai senti que j’avais une plus grande responsabilité par rapport au fait de faire mieux ici. J’ai toujours dis qu’avant de quitter Sao Paulo, je voulais gagner la Copa Libertadores.



« REGAGNER LA CONFIANCE DE NOS SUPPORTERS EN VUE DU MONDIAL »

Pourquoi les gens critiquent autant la Seleçao en ce moment ?

L.M. : Je pense que les gens sont un peu impatients. Nous faisons de bonnes prestations, mais on a eu un peu de mal contre l’Argentine parce que ça a été un match compliqué. Ils ont choisi de nous laisser le ballon, pour mieux nous contrer. Mais on a travaillé dur et on a trouvé des espaces et on en a été récompensés avec ce pénalty transformé par Neymar vers la fin.

Quels changements doit être faits pour améliorer la situation ?

L.M. : Je sais que la Seleçao ne vit pas sa meilleure période en ce moment. Mano Menezes réfléchit toujours à la manière de faire évoluer le mieux cette équipe. J’ai toujours dis qu’avant on avait des joueurs comme Roberto Carlos, Ronaldo, Rivaldo et Cafu, qui représentaient le visage de cette sélection. Mais ce n’est plus le cas maintenant et c’est pourquoi on doit désormais trouver quelque chose de similaire dans la génération actuelle.

Et comment parvenir à cet objectif ?

L.M. : Ce n’est pas simple comme mission. On doit d’abord regagner la confiance des supporters. Cela va jouer un rôle primordial dans notre comportement à l’occasion du prochain Mondial.

Relatifs