thumbnail Bonjour,

Joey Barton, qui va faire ses débuts en Ligue 1 ce week-end, s'est confié dans les colonnes de l'Equipe.

On ne peut pas dire qu'il soit arrivé sur la pointe du pied. Ce n'est pas le genre de la maison. Joey Barton, milieu de terrain anglais, traîne en effet une belle répétition. Le bad boy du football britannique ne laisse pas indifférent. Et c'est forcément sur ce sujet que le joueur de l'OM s'est confié à nos confrères de l'Equipe, avant de disputer sa première rencontre en Ligue 1 ce week-end. Extraits.

"Trop intelligent pour être footballeur"

Le ténébreux milieu de terrain est d'abord revenu sur la case prison. Un épisode qu'il l'a aidé à prendre conscience des réalités.
"Au-delà des barreaux de la fenêtre qui t'empêches de sortir, les choses qui me manquaient vraiment, c'était mon propre oreiller, mon lit, prendre une douche quand je voulais. Ces petites choses-là. Les voitures, les filles, les boîtes de nuit, ça ne vous manquera jamais. Pas un instant. J'ai hiérarchisé mes priorités. " Cet état d'esprit, Barton le doit également à son enfance. "Mon enfance, c'était foot vingt-quatre heures par jour. On grimpait au mur pour voir les entraînements d'Everton, on attendait les autographes après (...) A 6 ans, j'étais sûr que je deviendrais joueur de foot! On m'a dit que j'étais trop petit, pas assez bon, mais je le crois pas!"

De quoi justifier certains dérapages ? Barton s'explique. "C'était un environnement normal de classe ouvrirère je pense, où la violence était la norme. D'ou je viens, un homme doit être un homme. Pleurer, montrer des émotions peut être perçu comme une vulnérabilité qui sera forcément exploitée par les autres. Alors tu développes un mécanisme de défense pour te protéger. Pour nous, c'était tout à fait normal. Aujourd'hui, je me rends compte que ce n'était pas le cas. J'ai travaillé dur pour changer cela, mais ce n'est pas facile.", confesse t-il, évoquant encore son passif. "J'ai fait des erreurs, je l'ai regretté."

Mais Barton, c'est également une opinion bien tranchés sur l'évolution des moeurs et l'actualité. "Aujourd'hui, le problème avec certains jeunes, c'est qu'ils veulent être des footballeurs, mais ils ne veulent pas tout ce que cela implique. Et ça implique de bosser comme un fou tous les jours pour réussir. Parfois je me demande s'ils aiment vraiment le jeu. Certains d'entre eux sont simplement heureux d'être sur le banc! Quand j'étais sur le banc pendant 21 ou 22 ans, je ne résiste pas. parce que j'étais sûr d'être mieux les gars sur le terrain. "
, lâche t-il, avant d'ajouter, non sans humour. "Je ne devrais pas dire cela, mais je suis peut-être trop intelligent pour être footballeur ! Il y a beaucoup de joueurs intelligents, mais ils ne montrent pas ce côté d'eux. Je donne mon avis." De toute façon, le joueur de l'OM ne se préoccupe pas de son image. "Les gens m'ont toujours dit:" Tu dois être, par exemple, le modèle ... Mais je n'ai jamais voulu ça!". Parole d'écorché vif.

Relatifs