thumbnail Bonjour,

Le monde du football a connu de grands noms qui n'ont pas évolué dans les clubs qu'ils méritaient faute de comportement ou encore d'ambition. Zoom sur les joueurs d'aujourd'hui.

Par choix personnel ou par manque d’ambition, certains joueurs de qualité ne font pas partie du gratin des clubs européens. De l’Angleterre à l’Espagne en passant par l’Italie, de nombreux internationaux militent dans des clubs petits ou même moyens. Visite guidée de ces talents évoluant à l'ombre des grands clubs.

Il faut que j’en change, il est devenu trop moulant

Le premier exemple cartonne depuis cinq ans avec son club, encore plus depuis ce début de saison. Ce joueur est l’international Belge Marouane Fellaini, joueur d’Everton, modeste septième de Premier League l’an passé. Habitué à terminer les championnats aux portes de l’Europe depuis 2009, Everton a perdu de son importance en Premier League. On se dit alors que le joueur d’origine marocaine, à 25 ans, se doit désormais de passer un cap. Arrivé en 2008 pour 15 millions d’euros (transfert le plus cher de l’histoire du club), le joueur en est à sa cinquième saison avec les Toffees.  De plus, le milieu a signé une prolongation de contrat l’année dernière, pour encore cinq saisons. Malgré tout, le joueur a compris qu’il était devenu trop bon pour son club, et qu’il était temps de changer. Auteur de deux buts en trois matches cette saison, dont un face à Manchester United, Fellaini a avoué : « Je viens de commencer ma cinquième saison ici, c'est pour ça qu'en Janvier ou à la fin de la saison, j'irai dans un autre club, ou un autre championnat ». Avec à peine une finale de FA Cup sur son palmarès depuis qu’il est arrivé en Angleterre, le belge a conscience qu’il a le niveau pour jouer dans un plus grand club, Manchester United et Sir Alex Ferguson ont un œil sur lui, preuve du talent du joueur. Fellaini est devenu l’une des attractions de Premier League, et lui, ne devrait donc plus rester longtemps dans l’ombre.

Un autre joueur qui n’est qu’en période de Standby est le français Antoine Griezman. Le jeune espoir de 21 ans en est à sa quatrième saison avec la très faible Real Sociedad, et l’équipe repose déjà uniquement sur ses épaules. Malgré l’intérêt de nombreux clubs dans le passé comme Manchester United (toujours présent quant il y a un talent en jeu), ou encore Liverpool, le joueur a décidé de rester dans le club basque. Après une saison 2011-2012 excellente (39 matches, 6 buts), très peu de clubs s’intéressent à lui, et il décide même de prolonger son contrat. Actuellement en Equipe de France espoirs, de nombreux spécialistes pensent que le jeune Antoine Griezman à déjà le niveau pour évoluer en Equipe de France, dans un poste de numéro 10, alors que la France cherche désespérément un meneur de jeu. Il n’est pas impossible de penser que sa non-convocation par Didier Deschamps est due à son club. Difficile de faire d’un joueur évoluant à la Real Sociedad son joueur clé. S’il ne part pas encore, on peut penser qu’il vise à terminer sa formation.

Je joue mieux avec un petit maillot

« Il est vieux, c’était sa dernière saison, il en fera plus une comme ca ». A chaque début d'année, voilà la pensée générale sur Toto Di Natale. A chaque fin d'année, cette pensée est détruite par les statistiques. Deux fois meilleur buteur d’affilés en 2009 et 2010, l’attaquant italien est actuellement le troisième meilleur buteur de ses trois dernières saisons, derrière les deux monstres que sont Messi et Ronaldo. Mais dans ce cas là, pourquoi Toto reste à Udine ? Pourtant courtisé par la Juventus l’année dernière, le joueur avait refusé pour une raison bien surprenante : « La Juventus avait fait le forcing pour m'avoir mais je ne pourrai jamais accepté. La saison passée, Naples m'avait demandé, mais j'avais dit au président Aurelio de Laurentiis que je voulais pas quitter l'Udinese. Si j'avais accepté l'offre de la Juve, j'aurais trahi Naples, ma ville natale. » Romantique donc, mais aussi réaliste. Toto sait qu’il est meilleur quand toute l’équipe joue pour lui, et cela s’est vérifié avec l’Italie. En effet, le sérial buteur du Frioul a toujours eut du mal en Nazionale, où le niveau est plus élevé. A 34 ans, sa carrière semble sur le tard et sa carrière devrait se terminer à Udine. Dommage pour un joueur qui aurait pu faire une carrière à grand palmarès.

Il en va de même pour Alessandro Diamanti, toujours en Italie. Le joueur le plus punk d’Europe, après avoir trainé sa bosse dans de nombreuses villes italiennes (même anglaise avec un passage à West Ham), Alessandro a posé ses valises à Bologne où il à commencé à s’amuser, jusqu’à gagner son ticket pour l’Euro 2012. C'est la chance de sa vie, à 29 ans. En Pologne-Ukraine, il fait parler tout son talent et explose aux yeux de l’Europe. Malgré tout, aucun club ne s’intéresse à lui, et Diamanti va continuer à faire les beaux jours de Bologne pour encore quelques temps.

C’est mon premier maillot, et je ne veux pas le changer !

L’ailier espagnol Jesus Navas Gonzalez débarque à Séville en 2003. L’Andalou arrive dans son club de cœur pour ne plus le quitter. A 16 ans, le joueur intègre l’équipe première et fera les beaux jours de Séville. En effet, l’ailier multiplie les performances de haut niveau et le club connait la gloire en 2006 et 2007, en gagnant la Coupe UEFA. Il est même élu meilleur joueur de la petite coupe d'Europe lors de la première victoire. Les années passent et Jesus Navas reste attaché à son club, et ce malgré la baisse de résultat qu’enregistre le club andalou. Comme Di Natale, il refuse une offre de Chelsea pour une drôle de raison. Souffrant de crises d’angoisses, il est incapable de quitter sa terre et les siens. Navas devrait donc faire toute sa carrière à Séville, et ce malgré l’intérêt réitéré d’un autre manager de club anglais : Arsène Wenger.

Pour finir ce tour d’Europe, un « Romano de Roma » comme on dit dans la capitale italienne. Un joueur étant né dans la capitale et ayant fait toutes ces classes dans son club, l’AS Roma. Ce joueur, dans la fleur de l’âge, s’appelle Daniele De Rossi. A Rome, il est le « capitan futuro » derrière Francesco Totti. Pour cela, il a refusé tous les plus grands clubs d’Europe. Du Real Madrid jusqu’au plus récent, Manchester City. Daniele De Rossi joue donc à la Roma, pas le plus petit club d’Italie non plus, (tout comme Séville pour Navas), cependant, on n’ose imaginer la taille de son palmarès si le milieu de la Roma aurait signé dans un plus grand club.

D'autres noms vous traverse l'esprit? Faite partager vos connaissances sur Goal.com

Relatifs

From the web