thumbnail Bonjour,

Alors que les Bleus affrontent la Furia Roja samedi, Goal.com revient sur les raisons d'y croire.

La France va défier les champions du monde et d'Europe en quart de finale de l'Euro-2012, samedi à Donetsk, afin de tenter de se qualifier pour le tour suivant. Un match qui s'annonce très difficile même s'il reste encore des raisons d'espérer après la piteuse sortie contre la Suède (0-2).


Aucune défaite face à l'Espagne

Si le statut de l'Espagne, qui rêve d'un triplé historique après ses sacres européens et mondiaux, est sans commune mesure avec celui d'une France qui commence tout juste à renaître des cendres de la mutinerie de Knysna, la Roja fait toutefois preuve d'une grande prudence à l'égard des Bleus.  A l'origine de cette attitude réservée: le bilan face à la France en matches officiels, où les Bleus totalisent cinq victoires, un match nul... et aucune défaite. De toutes ces tentatives frustrées face aux Français, la plus récente reste la plus cuisante: en 8e de finale du Mondial-2006. Les Bleus devraient se servir de cet exemple quand la bande à Zidane, durement moquée par la presse espagnole avant le 8e de finale, avait trouvé les ressources mentales pour dominer largement l'Espagne (3-1) avec notamment un but de Ribéry.

Une Espagne qui fait moins peur

La France a donc des raisons d'espérer. Sans parler que l'Espagne ne semble plus aussi foudroyante qu'avant. Grands favoris de la compétition, les Champions du monde et d'Europe en titre n'ont pas été à la hauteur lors de la phase de poules. Attendus au tournant, ils n'ont pas pu répondre à toutes les attentes. Si la Roja a remporté deux de ses trois matches, un bilan plus que correct et terminant ainsi première de son groupe, elle a aussi laissé entrevoir quelques points faibles. La fébrilité dont elle a fait preuve face à la Croatie et sa difficulté à marquer (six buts certes, mais dont 4 inscrits face à l'Eire, adversaire de moindre calibre) en sont des exemples frappants.

Cherche buteur despéremment

Durant la phase de groupes, aucun remplaçant crédible à l'attaquant David Villa, resté à la maison en raison d'une fracture à un tibia en décembre dernier, n'a pointé le bout de son nez. En dépit de ses deux buts marqués face aux Irlandais, Fernando Torres peine à faire oublier l'absence du meilleur buteur de l'histoire de la Roja. Mais El Nino, titulaire face à l'Eire et la Croatie en phase de poules après avoir dû commencer sur le banc face à l'Italie, reste confiant. "La France est une grande équipe qui n'était peut-être pas dans son meilleur jour (face à la Suède). Espérons que contre nous, ils n'aient pas retrouvé leur meilleur niveau, mais s'ils le font, nous serons prêts. Aujourd'hui, l'Espagne, à son meilleur niveau, est très dure à battre".

Aucune pression

Les Bleus n'auront également pas de pression sur les épaules. Elle sera sur celles des espagnols. Et cela pourrait avoir une conséquence favorable sur l'issue de la rencontre. En effet, les hommes de Laurent Blanc manquent de maturité et ont du mal à se décrisper lorsqu'ils sont annoncés comme favoris. Les Bleus ont d'ailleurs mieux joué face aux grosses nations, comme l'Angleterre, le Brésil et l'Allemagne, lors de leurs précédentes rencontres amicales. C'est un peu comme s'ils se libéreraient face aux grandes nations.

Se racheter

Les hommes de Laurent Blanc auront également à coeur de se racheter. Après la désillusion et le non-match face à la Suède (2-0) mardi, les esprits se sont échauffés. "Ça a gueulé dans le vestiaire...", expliquait même Olivier Giroud. Frustrés et déçus, les Tricolores ont laissé éclater leur colère. Les coups de sang de mardi auront donc certainement titillé l'orgueil des Français, qui pourraient redoubler d'efforts pour se qualifier face à l'Espagne et tourner afin définitivement la page de l'épisode Knysna. "Ce n'est pas du tout comparable, a-t-il expliqué. Ca aurait été pire s'il n'y avait rien eu. On est qualifié, donc on peut rebondir. J'espère que ce sera un plus pour le match de samedi. Il n'y a rien de cassé", expliqué ainsi Alain Boghossian, en conférence de presse jeudi.


Goal.com vous donne la parole ! Pensez-vous que la France peut se qualifier face à l'Espagne ?

Relatifs

From the web