thumbnail Bonjour,

Rennes, qui s'est qualifié mercredi aux dépens de Montpellier et Saint-Etienne, qui s'est imposé face à Lille, vont donc s'affronter lors de la final de la Coupe de la Ligue.

Rennes, qui s'est qualifié mercredi aux dépens de Montpellier (2-0) et Saint-Etienne, qui s'est imposé face à Lille (0-0 a.p., 7 t.a.b à 6), vont donc s'affronter lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 20 avril prochain.

"On n'a pas envie de s'arrêter là"

Les hommes de Frédéric Antonetti, qui ont auparavant éliminé Nancy, Arles-Avignon (Ligue 2) et Troyes, se sont donc qualifiés grâce à deux buts de Féret (7e) et Erding (51e). Désireux de mettre un terme à 42 ans de disette de titre, ils ont tout donné durant la rencontre pour décrocher ce précieux billet pour la finale de la compétition. Les Bretons, actuellement 6e en championnat, n'ont en effet rien gagné depuis la Coupe de France en 1971 et nourrissent encore avoir des regrets lorsqu'ils repensent à la finale de la Coupe de France perdue face à Guingamp en 2009.

Cette finale face à l'AS Saint-Etienne, le 20 avril prochain, s'annonce donc capitale pour le club comme l'explique Frédéric de Saint-Sernin, le président de Rennes. «Jusqu'au bout on a pu voir cette communion avec le public, qui a joué son rôle de 12e homme. Face à la qualité de Montpellier, champion de France, c'était important. Tout reste à faire, mais on est déjà très heureux de revenir (au Stade de France). J'ai un tel mauvais souvenir de Guingamp (défaite en finale de la Coupe de France 2009), mais un tel bon souvenir de l'entrée devant 80 000 personnes qu'on avait envie de le revivre. (Le dernier trophée, en 1971) est tellement loin que je ne peux pas m'en souvenir, mais j'espère qu'il y en aura un troisème. Revenir au Stade Rennais et dès la première saison aller au Stade de France, c'est une émotion particulière mais on n'a pas envie de s'arrêter là. L'étiquette de loser ? On ne peut pas être loser quand on fait partie depuis 7-8 ans du premier tiers du Championnat, qu'on se qualifie en Ligue Europa une année sur deux, et qu'on est deux fois finaliste d'une Coupe et une fois demi-finaliste (Coupe de France 2012) dans les quatre dernières années.»

De leur côté, les Verts ont éliminé Lorient en 16e de finale et le PSG en quart aux tirs au but, comme mardi soir face à Lille. Il faut dire qu'après avoir échoué en demi-finale de la compétition en 2004 et 2005, les hommes de Christophe Galtier ont misé sur la prudence afin de mettre toutes les chances de leur côté. Pour Saint-Etienne, la donne est un peu la même que pour Rennes. L'ASSE, qui n'a plus gagné le moindre match en championnat depuis le 23 novembre, est également dans l'attente d'un titre depuis un sacré bout de temps, depuis son dernier titre de champion de France en 1981. Et 32 ans de disette c'est long... «Amener 50 000 Verts au Stade de France sera une grande émotion. J'avais dit à Christophe Galtier que l'ASSE est présente encore dans toutes les compétitions nationales à mi-janvier et à quatre points des places européennes en Championnat. C'est une année exceptionnelle. Nous avons été critiqués sur notre mois de décembre. Saint-Etienne est dans un projet pour 2014. La victoire est méritée et Geoffroy-Guichard a été extraordinaire ce (mardi) soir. Le Stade de France sera extraordinaire pour la finale et quand le Chaudron fera 41 500 places, il sera aussi extraordinaire », confiait ainsi Dominique Rocheteau, le président du conseil de surveillance des Verts. Cette finale sera donc l'occasion, pour une des deux équipes, de remporter enfin un titre.... Mais il y aura forcément un déçu.


 

 

Relatifs

From the web