thumbnail Bonjour,

Opposé à Lille, mardi en demi-finale de la Coupe de la Ligue, Saint-Etienne est déterminé à négocier avec succès ce rendez-vous et atteindre sa 1e finale depuis 1982.

Dire que Chaudron affichera plein pour un match des Verts face à un adversaire de renom est un euphémisme. Mais, il n’est pas vraiment inutile d’insister là-dessus en vue de la rencontre de demain, celle où les Stéphanois vont se mesurer à Lille, et qui émerge comme l’un des rendez-vous les plus importants depuis le début du nouveau siècle pour le club forézien. Sans titre gagné depuis 1981, si l’on excepte ceux de champion de Ligue 2 récoltés en 1999 et 2004, et sans finale jouée depuis 21 ans, Saint-Etienne est aujourd’hui à 90 minutes du Stade de France. Une enceinte qui, soit dit au passage, lui est encore méconnue. Face aux Dogues, les hommes de Christophe Galtier n’ont donc aucune envie de se louper. Ils sont même ultra motivés pour l’emporter et aller ainsi au bout de leur rêve et ceux de leurs fervents supporters.

« Il faut créer l’exploit »

« C’est, jusqu’à présent, le match le plus important de la saison » a déclaré sur le site du club le milieu de terrain Loïc Perrin. Il n’en faut pas plus pour comprendre tout ce que cette rencontre représente pour les Stéphanois. « Tout le monde attend ce rendez-vous, enchérit le capitaine. Cela fait longtemps que nous n’avions pas atteint ce stade de la compétition ». Depuis 2004/05, plus exactement. A l’époque, Perrin faisait déjà partie de l’effectif pro. Lui et ses partenaires avaient alors échoué face à Strasbourg (0-1) sur la plus courte des marges.  Un triste souvenir ? Pas forcément. « Je me rappelle que l’ambiance était formidable ». Elle le sera encore ce mardi, mais le numéro 24 des Verts espère que cette fois-ci il y aura aussi la qualification au bout. « J’ai envie d’aller au Stade de France. Ce serait formidable. Nous pourrons compter sur notre public ». Formidable, c’est aussi le terme qu’emploie Christophe Galtier. « Oui, formidable plutôt qu’historique car historique ça serait de gagner cette Coupe ».

Pour avoir déjà vécu des finales lorsqu’il officiait comme adjoint d’Alain Perrin, à Sochaux et à Lyon, Galtier connait parfaitement la particularité de ces matches-là. Mais, il sait aussi que l’excitation ne sert pas à grand-chose si elle n’est pas accompagnée d’une grosse motivation. « On ne doit pas être dans le rêve. Il faut créer l'exploit face à Lille. Ma causerie ne sera basée que sur le jeu » a-t-il affirmé. Il incombe à Perrin de faire passer ce discours auprès de ses coéquipiers. « Comme toute demi-finale, ce sera un match compliqué mais nous avons toutes nos chances, relève-t-il. Nous jouerons pour nous qualifier ». Pour mettre la pression, il n’y a pas mieux, mais Galtier veille aussi à ce que celle-ci ne soit pas trop importante : « Il faut aborder ce match avec du plaisir et non pas avec cette obligation de se qualifier. »

En cas de victoire face au LOSC, les Foréziens auront alors tout le loisir de penser à ce voyage dans la capitale du 20 avril prochain. Même s’il n’est jamais conseillé de brûler les étapes, ils préfèrent s’y voir déjà, histoire de compter sur une source de motivation de plus. « Ce qui est marquant dans une carrière de joueur, ce sont les trophées et les titres. On veut tous gagner ce trophée, promet encore Perrin. La Coupe, c’est toujours une belle aventure humaine. Les joueurs, qui ont gagné un trophée comme Jérémy Clément ou Jonathan Brison, nous le racontent. Nous avons tous envie de vivre ça. Mais, d’abord, il faut déjà franchir le prochain obstacle ». Un obstacle de taille, mais cela ne fait que rajouter à la beauté de leur accomplissement en cas de triomphe final.

A lire aussi :

Tout sur la Coupe de la Ligue

Relatifs

From the web