thumbnail Bonjour,

CdF, PSG - Beckham pour mouiller et vendre les maillots

Après la qualification en quart de finale des Parisiens en Coupe de France (victoire 2-0 face à L'OM), Leonardo a paru agacé lorsqu'il a du commenter la performance de Beckham.

Invité à commenter la performance de David Beckham contre l’OM mercredi soir en Coupe de France, Leonardo s’est agacé des commentaires sceptiques qui ont accompagné la venue de l’Anglais au PSG.
«On l’a pris uniquement pour faire des photos, des conférences de presse et vendre des maillots. C’est pour ça qu’on l’a pris. C’est la confirmation aujourd’hui. C’est à vous de juger, les experts qui connaissent le foot, les consultants extraordinaires qui ont dit que David Beckham était venu pour ça. Sérieusement hein, c’est à vous de juger David Beckham. On a même réussi à critiquer Ibrahimovic cette semaine hein… On est là. Je ne suis pas tendu, la vie est belle. », a confié le directeur sportif brésilie qui manie bien le second degré décidément.

Vendre ET mouiller les maillots

Après avoir affirmé qu’il n’est « pas remonté » et qu’i s’agissait juste d’un exercice d’analyse de la semaine, il a exhorté les journalistes à produire dorénavant des analyses plus positives, avec moins « d’envie et de jalousie » car il n’y a « pas d’argument » et si les critiques sont jugées « normale » c’est le « ton » qui dérange le directeur sportif parisien, qui estime que Paris est arrivé « là où on voulait » malgré les critiques de la presse.

Si Leonardo fanfaronne, c’est aussi parce que, vous l’aurez deviné, Beckham a brillé. Notamment en première période. En seconde, il en a touchés beaucoup moins même si son ouverture pour Ibrahimovic a amorcé l'action qui s'est terminée en penalty pour le PSG.Des occasions de s'illustrer sur son exercice préféré - le coup franc – l’Anglais n'en a pas eues. Il s’est, toutefois, consolé avec trois corners  qui ont tous fait mouche, notamment celui parvenu à Camara dont la tête a été repoussée sur la ligne de Mandanda à l’heure de jeu. On l’a vu également dribbler et avec talent comme sur son coup du sombrero sur A.Ayew (24e ou sa passe acrobatique pour Van Der Wiel à la demie heure de jeu.



Ayant tenu 86 minutes sans produire un gros volume de jeu – son cerbère Matuidi se chargeant de la basse besogne-, il aura orienté le jeu parisien et agi comme une rampe de lancement, ou plutôt comme contremaitre des constructions franciliennes. Un rôle de milieu reculé qu’on lui avait connu chez les Galactiques. Son expérience aidant, il a également, par son charisme, contribué à l’état d’esprit conquérant affiché par les Parisiens mercredi et n’a jamais paru distant que ce soit avant la rencontre ou lors des célébrations. Bref, un vrai bûcheur. Oui, Beckham n’est pas là uniquement pour vendre des maillots, mais aussi pour les mouiller.

Relatifs

From the web