thumbnail Bonjour,

Dominé par le PSG dimanche en L1 (2-0), Marseille rejoue au Parc dès ce mercredi, dans le cadre de la Coupe de France. Les Phocéens ont bon espoir de faire mieux sur ce match.

On dit qu’un match de football ne ressemble jamais à un autre. Et c’est avec cette idée là précise que l’Olympique de Marseille prépare son deuxième rendez-vous en à peine trois jours face au Paris SG au Parc. Battus 2-0 dimanche soir en championnat, les Phocéens comptent rendre aux Franciliens la monnaie de leur pièce en les éliminant de la Coupe de France. Sur le papier, la mission parait toujours aussi compliquée. Mais, pour avoir montré suffisamment de choses intéressantes lors de la précédente confrontation, les protégés d’Elie Baup sont convaincus qu’il y a moyen de créer la surprise et préserver ainsi le petit espoir qu’ils ont de remporter au moins un trophée cette saison.

"Reproduire les bonnes choses"

« Ça va être un match compliqué, à nous d’être plus efficaces tant offensivement que défensivement » a confié Steve Mandanda sur le site du club. Le capitaine marseillais a appelé les siens à « tirer les enseignements nécessaires » du match de dimanche et « à reproduire les bonnes choses ».  Son entraineur, Elie Baup, a abondé dans le même sens durant la conférence de presse d'avant-match. S’il a rappelé que « Paris est aujourd’hui un épouvantail », le coach phocéen a indiqué que : « sur un match, on peut évidemment les faire déjouer et espérer un résultat ». Pour cela, il faudra donc inverser les dynamiques du moment, mais aussi aller à l’encontre des statistiques ; en Coupe de France, Marseille n’a gagné qu’un seul des sept matches qu’il a disputés au Parc. Un succès qui commence, qui plus est, à dater puisqu’il remonte à 1991.

Dimanche, Marseille n’a pas eu à rougir du visage qu’il avait livré face à la formation de Carlo Ancelotti. Par moments, Valbuena et ses partenaires ont fait même plus que jeu égal avec leurs hôtes. Le problème c’est que cela n’a été d’aucune utilité et il n’y avait donc pas de quoi s’enflammer au coup de sifflet final. « Pour moi, ça ne passe pas, a lâché Mandanda. On ne peut pas être satisfait de perdre. Oui, on a bien joué, on a eu des occasions, mais il y a eu la défaite ». Une défaite rageante que les Olympiens ont fait le choix d’évacuer sur place, plutôt que de rentrer le faire chez eux pour ensuite revenir dans la capitale. Pour la préparation des matches de ce niveau, chaque détail compte et celui qui consiste à ménager les efforts en se passant des trajets évitables n’est assurément pas moindre. « Tout le monde préfère être à la maison, tranquillement, mais rester ici c’était le mieux pour bien récupérer » reconnait le gardien olympien.

Mercredi soir, il n’est pas impossible que l’on assiste au même genre de Clasico. Toutefois, on aura au moins un point de divergence avec le duel du week-end dernier. Dans le camp parisien, David Beckham va être titulaire pour pallier la suspension de Marco Verratti. Un fait qui n’a pas échappé aux Provençaux. « Dans le quart d’heure qu’il a joué contre nous, il a donné des ballons vers l’avant. Si le PSG reste dans la même stratégie que dimanche, David Beckham, en termes de relances longues et de jeu vers l’avant, va se fondre dans le collectif et répondre à ce que fait Paris » a prévenu Baup. Mandanda se méfie également du vétéran anglais, un joueur dont il se souvient « des coups francs à Man United », mais il estime qu’ « au final sa présence ne change pas forcément la donne. Car on sait que Paris a un collectif de qualité. Pas la peine de citer tous les joueurs ».

A lire aussi :

Tout sur la Coupe de France

Relatifs

From the web