CdF - A quoi servent les Coupes nationales ?

Pour certains, la Coupe de France, ainsi que la Coupe de la Ligue, est une coupe en bois. Pourtant, chaque année, c’est la même rengaine.

Pour les grands clubs qui jouent les compétitions européennes, les coupes nationales sont en général une corvée dans un calendrier déjà chargé. Match au fin fond des patelins français, sponsors dégueulasses, à quoi servent vraiment les Coupes nationales ?

Faire le tour de l’Europe est déjà crevant, mais si en plus il faut voyager dans les coins perdus de tout le pays, la fatigue accumulée peut avoir un effet très néfaste sur la suite de la saison.

Cependant, certains grands clubs ont la bonne idée de faire tourner l’effectif, ce qui permet aux jeunes du club d’exploser. En France par exemple Jordan Ayew ou encore Hatem Ben Arfa ont fait d’abord parler d’eux en Coupe de France, avant de gagner une place plus importante dans le club, et donc de pouvoir briller en Championnat. En Serie A, Mario Balotelli était encore un inconnu quelconque lorsqu’il inscrivait son premier doublé face à la Juve.

La Coupe est aussi une histoire de romantisme. Si en Italie ou encore en Espagne, les miracles sont rares, et où les finales se jouent principalement entre les gros clubs, la France et l’Angleterre sont habitués aux exploits des petits poucet. Cette année, c’est Plabennec ou encore Epinal qui joue ce rôle. Dans le duel entre David et Goliath, le cœur supporte toujours le petit David.

Bon, pour la petite histoire, c’est mignon, mais pour l’enjeu, il va falloir revenir. En général, les grosses équipes jouent avec le frein à main, tandis que les petites jouent le match de leur vie. Parce que comme le disait Berlusconi : « Le coupe devient intéressante au moment où on la gagne ». Elle permet en effet d’inscrire une ligne de plus au palmarès du club. Pour certains clubs, elle permet aussi de gagner un ticket pour l’Europe. D’ailleurs, dans certains pays, afin de valoriser la coupe, on avait pensé à donner un ticket pour la Ligue des Champions au vainqueur. Idée vite déchue avec des arguments à base de : Vous êtes fou ou quoi, nous ce qu’on veut, c’est le Championnat !

Le manque d’enjeu permet d’apaiser les supporteurs, et au moins de ramener les familles au stade. C’est le côté rugby du football. Celui avec des valeurs de fair-play. Celle qui permet de véhiculer une bonne image du football, même si le spectacle n’est pas toujours au rendez-vous.