thumbnail Bonjour,

EdF - Deschamps : "On n’a pas eu peur"

Après la défaite contre l’Espagne, le sélectionneur français Didier Deschamps a déclaré qu’il n’y avait pas grand-chose qu’il pouvait reprocher à ses hommes.

L’Equipe de France n’aura pas réussi à mettre une deuxième fois en échec l’Espagne, mardi soir au Stade de France. Devant ses supporters, les Tricolores ont été incapables de bousculer la sélection ibérique et ont, au final, essuyé un revers relativement logique (1-0). Le scénario du match a laissé supposer que Benzema et compagnie ont laissé filer quelque chose d’important, mais pour Deschamps, le sélectionneur, il n’y a pas « trop de regrets à faire ». A l’exception d’une production offensive un peu trop « timide » en première période, il a estimé que ses hommes ont tout fait pour accrocher un résultat positif dans cette partie. Ça n’a pas été le cas et il ne s’en est pas alarmé plus que cela.

« IL RESTE DES POINTS A ALLER CHERCHER »

Didier, l'Espagne s'est imposée en monopolisant le ballon... comme attendu. Cela vous laisse-t-il des regrets?

Didier Deschamps : Ce n’est pas surprenant que l’Espagne ait eu plus le ballon que nous. En première mi-temps, nous avons bien défendu, même si nous avons un peu fait preuve de timidité offensivement. Ce n’est jamais facile face à une équipe qui domine autant. Je ne peux pas dire que nous ayons eu très peur même s’il y a toujours cette sensation de danger. C’est une déception parce que même à 10, on a réussi à être dangereux. Face à un tel adversaire, avec une telle maitrise et une telle expérience, il faut de l’efficacité et des circonstances favorables. Aujourd’hui, ça n’a pas été le cas.

Vous étiez dans une position avantageuse au classement avant le début du match. La qualification sera-t-elle plus compliquée que prévue?

D.D. : Il suffit de regarder. On était mieux classé et après ce match, ils ont repris un point d’avance. Il nous reste trois matches. Ça ne dépend plus de nous. Il reste des points à aller chercher. On ne compte plus l’Espagne. On aura neuf points à prendre et s’ils les prennent aussi, ils finiront premiers. La situation au classement change pas mal de choses.

Avez-vous été tenté de faire rentrer Giroud un peu plus tôt?

D.D. : Ça dépend des situations, comme le fait qu’on soit réduit à dix. J’avais fait sortir Yohan Cabaye, il fallait rééquilibrer aussi. Ce sont les circonstances de match qui m’ont fait retarder son entrée sur le terrain.

Vos défenseurs latéraux ont-ils raté leur match?

D.D. : Je ne vais pas parler des performances individuelles. On a été en difficulté sur les côtés parce que cette équipe utilise bien la largeur. Dans une performance collective, si je dois ressortir des joueurs, je vais le faire avec ceux qui ont été performants plutôt que l’inverse. Il y a une telle qualité en face que c’est compliqué de défendre.

Karim Benzema a-t-il été affecté par les critiques ?

D.D. : Oui, ça fait beaucoup débat malheureusement. Ça ne sert pas nos intérêts. Il était dans un collectif et a fait de bonnes choses. Karim n’a pas trouvé le chemin du but mais dans le jeu, on a pu le trouver. Dans notre animation, il a fait des choses intéressantes.

Avez-vous le sentiment que votre équipe a bien utilisé le ballon?

D.D. : On les a mis en danger mais pas suffisamment en première mi-temps. Quand l’Espagne a le ballon, elle le confisque souvent. Elle oblige l’adversaire à défendre. Au nombre d’occasions, on a beaucoup plus frappé au but qu’eux. La maitrise technique et collective est de leur côté. Quand vous prenez leur onze-type, ils ont près de 700 sélections alors que nous n’en n’avons même pas 300. Avec trois titres en poche, on parle de ce qui se fait de mieux. On aurait pu faire mieux quand on a récupéré le ballon. Avec notre volonté, même à 10, on a cherché à les bousculer et à revenir au score.

Ne regrettez-vous pas d'avoir titularisé Paul Pogba ou Yohan Cabaye, qui était un peu diminué?

D.D. : Absolument pas. Il y a eu la bataille du milieu. Même si Paul a pris deux cartons jaunes un peu sévères très rapidement, le temps où il est resté sur le terrain, il a fait voir tout son potentiel. Yohan était apte à jouer. J’ai fait un choix en le sortant. On peut toujours refaire un match mais je n’ai pas de regrets. J’étais dans une logique pour arriver à ces choix qui me semblaient être les meilleurs pour l’équipe.

Mettez-vous l'expulsion de Paul Pogba sur le compte d'un péché de jeunesse?

D.D. : Oui… mais si on regarde de l’autre côté, Franck Ribéry a subi deux fautes du même joueur assez lourdes et sévères qui n’ont pas été sanctionnées. Sur le premier carton, il saute avec le genou élevé et sur le deuxième, il met le pied en avant. Il est à sa deuxième sélection alors que Xavi, Busquets et Xabi Alonso ont plus de sélections à eux trois que toute mon équipe ! Ce n’est pas un hasard. Au-delà du fait qu’il soit jeune, il se sent bien comme Varane. Je ne fais pas de pari. Je sais ce qu’ils sont capables de faire et ce n’est pas avec ce qu’ils ont réalisé ce soir que je vais changer d’avis. C’est à travers des matches comme ça qu’ils vont continuer à grandir.

A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs

From the web