thumbnail Bonjour,

Titularisés pour la première fois vendredi, Raphaël Varane et Paul Pogba peuvent-ils espérer débuter lors du choc contre l'Espagne ?

Un vent de fraîcheur a soufflé sur le Stade de France, vendredi soir, lors de la première échéance de la semaine des Bleus si capitale pour les qualifications du Mondial 2014. Raphaël Varane et Paul Pogba, respectivement 19 et 20 ans, têtes d'affiche d'une génération 93 prometteuse, ont fait leur grands débuts sous le maillot tricolore. Les deux jeunes hommes ont montré un aperçu suffisant de leurs qualités pour poser une légitime candidature à une nouvelle titularisation mardi soir, lors du match au sommet contre la meilleure équipe du monde. La hiérarchie est-elle déjà bousculée ?

Deschamps : "Les titulariser à nouveau ? Pourquoi pas ?"

Dans les faits, le défenseur central du Real et le milieu relayeur de la Juve n'ont pas tout à fait rendu la même copie. Si le profil de relanceur technique de Varane a sauté aux yeux, de même que ses qualités athlétiques dans les duels, l'ancien Lensois a époruvé un peu plus de difficultés à parfaire sa relation technique avec Mamadou Sakho. Une charnière a besoin d'automatismes, même avec des profils à priori complémentaires, et les actions les plus dangereuses de la Géorgie, et notamment le but, sont là pour l'illustrer. Le prodige de la Maison Blanche a toutefois mis en exergue les points positifs de sa première cape. "J'essaie de ne pas me prendre la tête et d'exprimer au mieux mes qualités sur le terrain. Après, si je dégage de la maturité tant mieux. J'occupe un poste à responsabilités où j'ai besoin de rassurer mes équipiers. On a envie d'aller de l'avant, de jouer. On apporte notre envie, notre fraîcheur, c'est bien pour le collectif. Paul à la Juventus ou moi au Real, on apprend énormément. Tout ce qu'on vit, c'est une expérience enrichissante, ce n'est que du positif pour nous.", a t-il expliqué en conférence de presse, dans des propos repris par la Voix du Nord.

Pogba, de son côté, a laissé une impression franchement convaincante. L'ancien Mancunien a imposé sa puissance dans l'entrejeu des Bleus, tout en se montrant propre et appliqué pour ses transmissions, dans le jeu court comme dans le jeu long. Auteur d'une frappe puissante, le Bianconero a assuré sans grosse prise de risque, son profil box to box et sa faculté à perforer les défenses en Italie laissent présager qu'il en a encore sous la semelle. Comme son compère, le deuxième rookie des Bleus a toutefois retenu l'aspect symbolique de cette première. "Je suis vraiment fier de porter ce maillot, en plus la famille et les amis étaient là, a-t-il ajouté. Je voulais gagner de la confiance, jouer simple et jouer vers l'avant. Au début, quand j'étais à l'hôtel, j'avais un peu la pression, mais après, c'est un match de foot, et comme on dit, "merde", il faut jouer, et comme on dit en anglais "enjoy". Il y avait plein d'images dans ma tête, j'ai repensé à ma première sélection en moins de 16 ans, et maintenant je suis là, c'est quelque chose qui me fait chaud au coeur. Après le match, il s'agissait déjà de souffler, de se dire que ça s'est bien passé, qu'on a gagné, c'était le plus important. Après, en pensant à la prestation, tout le monde était satisfait. Espérons que je fasse mieux encore. Les joueurs m'ont dit "bien joué", ils étaient contents pour ma première sélection. Ca m'a fait plaisir qu'ils viennent me dire ça."

Laurent Koscielny et Maxime Gonalons, appelés à débuter contre l'Espagne après avoir disputés la première manche, sont donc prévenus. La concurrence avec les jeunes pousses est bien présente. Didier Deschamps, de son côté, n'a pas encore tranché, mais le sélectionneur des Bleus n'exclut pas de recondurire les deux prodiges. "Pourquoi pas ? Je ne les ai pas sélectionnés que pour la Géorgie. Je ne fais pas une distinction par rapport au fait que l'un a 19 ans (Varane) et l'autre 20 ans (Pogba). Ils jouent des matchs de haut niveau tous les 3-4 jours dans de grands clubs. Là, ce sera niveau finale de Ligue des Champions ou de Coupe du monde parce qu'on aura la meilleure équipe en face de nous mais c'est valable pour les autres joueurs. Ils n'ont pas de vécu mais leur jeunesse amène un enthousiasme, une inconscience par moments et ils jouent libérés. C'est la force de la jeunesse." Un match dans le match est déjà lancé.

A lire également :

Toute l'actualité de l'équipe de France

Relatifs