thumbnail Bonjour,

Le nouvel arrivant en Equipe de France, Romain Alessandrini, a animé sa première conférence de presse, ce lundi à Clairefontaine.

Pour le duel face à l’Allemagne, mercredi en amical, le sélectionneur français Didier Deschamps n’a fait appel qu’à un seul joueur, en la personne de Romain Alessandrini. L’ailier, qui fait les beaux jours du Stade Rennais depuis le début de la saison, ne s’attendait pas à une pareille récompense. Il n’en revient toujours pas d’ailleurs. Toutefois, à son arrivée à Clairefontaine, tout a mis été en place pour qu’il se sente à l’aise au milieu de ceux qu’il idolâtrait il n’y pas si longtemps. Bien qu’il soit sur un nuage, Alessandrini garde aussi les pieds sur terre, et semble savoir parfaitement ce qu’il peut apporter à cette sélection.

« PAS LA POUR PRENDRE LA PLACE DE RIBERY »

Romain, vous voilà à Clairefontaine…

Romain Alessandrini : «J’avais un peu d’appréhension, j’ai un peu hésité. Finalement, j’ai suivi le chemin, et ça m’a amené dans cette équipe de France. J’ai pu saluer des joueurs de classe mondiale. Je ne réalise pas trop».

Vous ne vous attendiez certainement pas à découvrir ce monde aussi vite…

R.A. : «C’est vrai que c’est allé assez vite. Pour moi, jouer en L1 était déjà exceptionnel. Marquer et me montrer décisif, encore plus. Alors là, me retrouver en équipe de France… C’est beaucoup de fierté et pas mal de pression. Je vais tout faire pour rendre cette confiance».

Avez-vous eu déjà la possibilité de voir tous ces joueurs ?

R.A. : Seulement à la télé. Au début, je pensais rester dans mon coin et observer. Mais j’ai été très bien accueilli.

Que vous avez dit le sélectionneur Didier Deschamps à votre arrivée ?

R.A. : «Il m’a dit qu’il ne fallait pas que je me prenne la tête, que si j’étais là, ce n’était pas pour rien. De garder la même mentalité qu’en club».

Pensez-vous pouvoir prendre la place de Franck Ribéry dans cette sélection ?

R.A. : «Vous m’en demandez beaucoup !. Ribéry, c’est Ribéry. Je vais déjà essayer d’apporter ce que je sais faire : ma fraîcheur, mon pied gauche… De là à dire que je vais le remplacer, c’est encore tôt».

A lire aussi :

Tout sur l'Equipe de France

Relatifs

From the web