thumbnail Bonjour,

Après ses débuts impressionnants en Angleterre, Moussa Sissoko a retrouvé la France en vue du match amical contre l’Allemagne. Avec l’ambition d’y briller également.

En l’espace de quelques semaines, la carrière de Moussa Sissoko a pris une dimension extraordinaire. Celui qui a été catalogué il n’y a pas si longtemps comme un éternel espoir est parvenu, en un laps de temps record, a franchir de nombreux paliers. Entre ses débuts très prometteurs avec l’Equipe de France, réalisés en automne dernier, et son passage réussi de Toulouse à Newcastle, matérialisé par trois buts en deux rencontres, le natif de Le Blanc Mesnil a bluffé plus d’un parmi les observateurs. Et il a la ferme intention de confirmer cette progression et aussi toutes les attentes qu’il peut générer.

"J'ai plus d'expérience"

Présent en conférence de presse, ce mercredi, Sissoko a d’abord exprimé sa joie de retrouver le groupe tricolore. « Je suis très content de revenir, comme à chaque fois » a-t-il confié. Un sentiment qui va de pair avec la nouvelle ambition qui l’anime : « Dernièrement, beaucoup de choses positives se sont passées pour moi. J’espère que j’arriverai également à apporter ce plus à l’équipe de France ». Dans cette optique, il compte s’inspirer du match qu’il a réussi contre l’Espagne en octobre dernier, et aussi en tirant profit de ce qu’il a déjà pu apprendre de l’autre côté de la Manche : « A Newcastle, le jeu est vachement plus porté vers l’avant. Ça correspond davantage à mes qualités. Je pourrai mieux m’exprimer ». Si c’est pour réussir des doublés à chaque match, comme ce fut le cas samedi contre Chelsea, Didier Deschamps signerait tout de suite.

Le sélectionneur tricolore a certainement suivi d’un œil attentif les premiers pas de l’ex Toulousain dans le championnat anglais. Nul doute qu’il a apprécié. A présent, il y a fort à parier qu’il va demander à son poulain de faire montre de la même assurance sous le maillot bleu. A ce sujet, Sissoko est déjà plus que motivé. « J’ai pris de l’importance dans ce groupe et c’est parce que j’ai plus d’expérience. Je me sens beaucoup mieux que lors de mes premières apparitions, a-t-il certifié. A l’époque, j’étais jeune, timide. Je n’osais pas prendre de risques : c’était contrôle-passe. Aujourd’hui, si je dois dribbler, je le fais. Si on m’appelle, c’est pour jouer sur mes qualités.» En amical, mercredi, contre l’Allemagne, un adversaire rugueux, mais qui donne la part belle au combat du milieu, il devrait, à coup sûr, se régaler.

Avec toutes les belles et importantes échéances qui attendent l’Equipe de France durant les mois à venir, Sissoko doit certainement se féliciter d’avoir relancé sa carrière au bon moment. A 23 ans, il peut aussi être heureux du fait qu’il n’ait pas laissé son différend avec ses ex-dirigeants de Toulouse l’atteindre. « La dernière semaine à Toulouse n’a pas été facile » a-t-il reconnu. D’où la détermination qu’il a eue de rallier Newcastle. « Quand on m’a offert la chance de pouvoir rejoindre ce club, je n’ai pas hésité. C’est un très bon club, même si, en ce moment, il est un peu en retrait au classement ». Contrairement aux Magpies, les Bleus, eux, sont en tête d’affiche actuellement. De quoi transcender encore plus le brillant milieu défensif.

A lire aussi :

Tout sur l'Equipe de France

Relatifs