thumbnail Bonjour,

Titulaire dans l’entrejeu contre l’Espagne, le milieu parisien Blaise Matuidi a réussi une prestation haut de gamme, prouvant que sa place chez les Bleus n’était pas usurpée.

International depuis 2010, Blaise Matuidi n’est pas un novice au sein de l’Equipe de France. Néanmoins, et jusqu’à ce mardi, il était considéré un peu comme tel au vu de son maigre temps de jeu avec les Tricolores. Entre la concurrence féroce qui règne au sein de cette sélection et les soucis physiques dont il a été victime ces derniers mois, le natif de Toulouse n’a pas eu trop la possibilité de s’affirmer sous la tunique de son pays. La meilleure opportunité de le faire lui a été offerte hier par Didier Deschamps lors de ce choc contre l’Espagne (1-1) à Madrid. Il l’a saisie, et avec brio, qui plus est. En terre ibérique, l’ancien Stéphanois a amplement justifié son statut d’un des meilleurs joueurs la Ligue 1.

Avec Deschamps, ils se comprennent

Aligné devant la défense dans un rôle qui était occupé précédemment par Rio Mavuba, Matuidi a fait montre d’une activité époustouflante. En seconde période, il a été l’un des protagonistes de l’excellent rendement des Bleus et sa partition durant le premier acte n’a pas été spécialement moindre. Dans l’entre-jeu, alors qu’on pouvait craindre qu’il soit en difficulté techniquement face aux brillants milieux adverses, il a su évoluer sans complexe en hissant considérablement son niveau de jeu. « Ce sont des modèles pour nous, mais pas des surhommes. Hier, on a pris conscience qu’on avait justement des qualités, a-t-il déclaré sur RMC. On a réussi à les faire valoir, et les gêner dans leur jeu ». Des propos dont Xabi Alonso pourra en témoigner, lui qui a rapidement pu mesurer la combativité du milieu français à travers un duel perdu. C’était d’ailleurs le premier d’une longue liste que ce dernier avait réussi à remporter durant cette partie.

Tous les observateurs en conviendront, Matuidi a livré à Vicente Calderon son meilleur match avec les Bleus. Cela s’explique certainement pas la motivation qui l’animait, mais pas seulement. S’il s’est montré aussi lucide et précis durant la majeure partie de cette soirée, tout en gardant la même débauche d’énergie au fil du temps, c’est qu’il a été parfaitement conseillé par son sélectionneur. « Il ne m’a pas parlé individuellement mais c’était par rapport au rôle que chacun (de nous) avait à jouer, a-t-il reconnu. On savait qu’on avait à faire à ce qui se fait de mieux au monde. Il fallait essayer de les gêner. Il nous l’a expliqué. Le coach c’était un milieu. Avec lui, le courant passe encore mieux ». Mieux qu’avec son prédécesseur, Laurent Blanc, ça c’est sûr. Une complicité intéressante et annonciatrice de beaux lendemains pour le joueur, et implicitement pour l’Equipe de France.

Dans six mois, au Stade de France, il y aura la revanche entre la France et l’Espagne. D’ici là, des éléments comme Mavuba et Diaby vont peut-être revenir et regagner leur place dans le onze. Toutefois, et avec ce qu’il a montré durant ce match aller, Matuidi peut légitimement aspirer à être une nouvelle fois de la fête. D’autant plus s’il poursuit sur sa lancée actuelle, en préservant son côté humble et travailleur. « Je ne vais pas non plus m’enflammer, a-t-il assuré. J’ai encore beaucoup à bosser. Avec la sélection et dans le club ou je me trouve, il y a tout pour réussir ». En effet, et au même titre que Mamadou Sakho, il peut profiter de la dimension qu’est en train de connaitre le PSG pour progresser dans tous les domaines, voire repousser ses limites. Et d’ici là, et il le mérite amplement, il peut savourer entièrement ce voyage réussi en terre espagnole. « C’était une grande émotion de pouvoir jouer ce match. Je suis vraiment très fier d’avoir joué et d’avoir su rendre une bonne copie » a-t-il conclu.



A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs

From the web