thumbnail Bonjour,

Le sélectionneur français, Didier Deschamps, a insisté sur la nécessité de bien profiter du succès contre la Finlande avant de se projeter vers le prochain match.

L’Equipe de France ne s’est pas ratée à l’occasion de ses débuts en éliminatoires de la Coupe du Monde. A Helsinki, les Tricolores ont pris le meilleur sur la Finlande (1-0). Un succès acquis sur la plus courte des marges, grâce à une réalisation d’Abou Diaby, mais qui est précieux. C’est sur quoi Didier Deschamps, le sélectionneur, a tenu à insister en premier lors de la conférence de presse après la partie. Le successeur de Laurent Blanc a admis que tout n’a pas été rose lors de cette sortie en terre nordique, mais il a retenu « beaucoup de points positifs » qu’il a tenu à faire partager. Enfin, le technicien bayonnais s’est aussi réjoui de pouvoir entamer son mandat de matches officiels par un succès, contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs.

« PAS SURPRIS PAR DIABY »

Didier, vous vous êtes imposés, mais cela n’a pas été facile…

Didier Deschamps : Ce n’est jamais évident de s’imposer à l’extérieur, face à une équipe qui nous a un peu plus attendu qu’on pouvait le penser. Mais il y a eu une bonne maitrise. Prendre l’avantage c’est toujours bien. On a été très peu inquiétés en première période. Un peu plus en deuxième avec l’entrée en jeu de Kuqi. Il y a eu des situations dangereuses, mais le résultat est là. Et des satisfactions collectives aussi, sauf sur la fin du match. Il y a donc beaucoup de points positifs. Les automatismes ne se créent pas du jour au lendemain.

Êtesvous content de pouvoir compter sur un joueur comme Diaby dans votre équipe et avez-vous été surpris par sa belle performance ?

D.D. : Je n’ai pas besoin d’être rassuré par Diaby. Je l’ai vu évoluer à Arsenal. Evidemment qu’il a beaucoup de qualités. C’est un milieu de terrain complet, capable de tout faire, y compris marquer. Évidemment que je préfère l’avoir à ma disposition.

Vous allez maintenant accueillir la Biélorussie dans de bonnes conditions…

D.D. : Jouer chez nous après une victoire en Finlande, c’est mieux comme ca. On va penser déjà à savourer un peu. Ça vient vite mardi, mais on préparera la Biélorussie sérieusement.



« AVOIR PLUS DE PRÉSENCE SUR LE PLAN OFFENSIF »

Avez-vous été satisfait du comportement et de l’attitude de vos hommes ?

D.D. : Je suis content, et c’est ce que j’ai dis aux joueurs. C’est dur de gagner des matches. Le haut niveau ce n’est pas évident. En face, cela ne fait pas partie des meilleures équipes européennes, mais il y avait du répondant. Il faut apprécier ce succès à sa juste valeur.

La charnière centrale s’est plutôt bien comportée malgré son manque de vécu…

D.D. : C’était un contexte difficile. Il y a eu de l’adversité. Vous savez qu’ils n’ont pas l’expérience de haut niveau. Mais ça me paraissait logique qu’ils débutent ensemble. Et à travers ce qu’ils ont vécu ce soir, ca va leur permettre de grandir. Il y a eu un pic d’adrénaline pour eux, mais le comportement de cette paire-là a été rassurante ce soir.

En attaque, ç’a a encore coincé par contre…

D.D. : C’est le chantier le plus difficile, mais on a fait de bonnes choses et de bons enchainements. Je le dis et je vais le répéter, quand on a des situations et des positions de centre, on devrait avoir plus de présence dans la surface. Mais c’est une question de rythme aussi. On a fait des choses intéressantes, mais on doit capable de faire mieux.

Vous avez trois points plus que l’Espagne…

D.D. : On me l’a déjà dite celle-là. On a  trois points de plus qu’eux, mais sans qu’ils jouent et on les aura tant qu’ils ne joueront pas. Mais ne me parlez pas d’Espagne. On va déjà savourer et notre prochain adversaire c’est la Biélorussie et non l’Espagne. On va déjà se focaliser dessus.

A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs

From the web