thumbnail Bonjour,

Lors d'un point-presse à Clairefontaine, Mathieu Valbuena a évoqué la nécessité que lui et partenaires ont de bien entamer les éliminatoires du Mondial.

Il n’a que 13 capes à son compteur, mais il fait presque partie des anciens au sein du groupe France. Mathieu Valbuena, le milieu offensif de l’OM, n’a donc pas des soucis d’intégration à gérer en ce moment en sélection, d’autant plus qu’il évoluera désormais sous les ordres de son ancien coach en club, Didier Deschamps. Avant le déplacement en Finlande, sa concentration est totalement portée vers les objectifs sportifs que se sont fixés les Bleus. En conférence de presse, ce mercredi, il a mis l’accent dessus et a appelé ses partenaires à en faire de même.

« LE DANGER, C’EST NOUS »

Mathieu, vous avez connu Didier Deschamps en tant qu’entraîneur, est-il le même en tant que sélectionneur ?

Mathieu Valbuena : Le discours est le même. Il a notamment fait un discours devant tout le monde comme il l’avait eu avec nous à Marseille. Il a abordé les règles de vie, le fait d’avoir un comportement irréprochable. Il veut aussi nous inculquer la culture de la gagne, ce qui nous a fait gagner des titres avec Marseille

Et d’un point de vue tactique ?

M.V. : Oui c’est toujours pareil. Il a sa méthode, que ce soit sur le jeu ou sur la mentalité. Il est resté le même.

D’un point de vue personnel, avez-vous encore à lui prouver vos qualités ?

M.V. : On a toujours à prouver. En club ça été difficile au début, il y a eu des incompréhensions, mais ça c’est plutôt bien fini. Là, c’est autre chose, on doit prouver au sélectionneur, il y a plus de concurrence en club.

Un mot sur le Finlande, quels seront les dangers face à elle ?

M.V. : Le danger c’est nous. Si on y va tranquillement, en dilettante, on peut avoir de mauvaises surprises. Mais si on est concernés, déterminés, on est meilleur qu’eux. L’objectif, c’est de se qualifier pour la Coupe du monde. Ça passe par la Finlande et ensuite on retrouvera le Stade de France, face à la Biélorussie.

"CAPABLES DE FAIRE JEU ÉGAL AVEC L'ESPAGNE"

Vous êtes dans un groupe de 5, est-ce qu’il faut être plus concernés dès le démarrage que dans un groupe de 6 ?

M.V. : Déjà, on a le gros morceau avec l’Espagne. Ils sont favoris mais on est ambitieux, on a envie de terminer premiers. Lors des deux matches qui arrivent, il faudra faire le plein. A nous d’aborder ces qualifs de la meilleure des manières.

Comment anticipez-vous la présence de l’Espagne ?

M.V. : On est capables, sur un match aller-retour, de faire jeu égal avec l’Espagne. Ce n’est pas évident, et il faut qu’on soit à 150% de nos moyens. On a un groupe de qualité, il faudra être bien dans nos têtes. Il faut surtout gagner face à des équipes soi-disant inférieures à nous, et ça c’est aussi compliqué.

Personnellement, vous avez beaucoup joué depuis le début de saison, où en êtes-vous physiquement ?

M.V. : Ça va. On a pas mal enchaîné avec Marseille avec la Ligue Europa. On a été très vite dans le sujet. Mais c’est bien de jouer, ça nous permet d’acquérir le physique. Le maître-mot c’est la récupération. Et c’est toujours mieux d’enchaîner les matches que de faire des entraînements.

A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs

From the web