thumbnail Bonjour,

Convoqué en Équipe de France pour le match contre l’Uruguay, le milieu toulousain Étienne Capoue est déterminé à prouver sa valeur et séduire le nouveau sélectionneur.

Au bout d’une longue expérience chez les Espoirs, Etienne Capoue, le milieu défensif de Toulouse, a reçu la semaine dernière sa première convocation en Bleu. Avec Christophe Jallet et Raphael Varane, il fait partie des trois novices de la sélection tricolore dans l’optique du match contre l’Uruguay. Un vrai privilège que le natif de Niort entend honorer de la meilleure manière possible. A 24 ans, il croit fort en ses chances de pouvoir s’imposer d’une manière durable au sein de cette équipe et répondre à toutes les attentes qu’il suscite.

« Il y a toujours un manque quand tu n'es pas chez les Bleus »

« Il y a un nouveau sélectionneur. A moi de montrer mes qualités, ma joie de vivre » a-t-il concédé à nos confrères de L’Equipe, j'avais été déçu de ne pas aller à l'Euro, mais je n'avais pas été performant au bon moment. Aujourd'hui, tout le monde repart de zéro. J'y vais sans complexe et je vais tout faire pour rester dans cette sélection ». Une détermination farouche qui s’explique par le fait qu’il attendait cette cape depuis un bon moment.

« J'étais pressenti depuis quelque temps, j'avais envie d'y aller, mais ce sont surtout les gens qui m'en parlaient beaucoup. Moi, je regardais d'un coin de l'œil, mais sans trop y prêter attention, avoue-t-il. Quand tu commences à trop penser à la sélection, tu deviens moins performant avec ton club. Malgré tout, c'était un objectif. Il y a toujours un manque quand tu n'y es pas ».

« Vivre le moment présent et le vivre pleinement »

Maintenant qu’il fait partie de la famille bleue, Capoue, qui totalise 170 matches en Ligue 1, aura aussi comme mission maintenant de représenter au mieux son club de Téfécé. « Le mot qui revient le plus, c'est fierté. Fierté de pouvoir représenter Toulouse, mon club formateur » a-t-il lâché, avant de poursuivre : « Fierté de ma famille et de mes proches. Ils sont super heureux pour moi, ça m'a beaucoup touché. Comme quoi, le travail paie toujours. Même si le plus dur commence, c'est une consécration ».

Pour conclure, Capoue a étalé son espoir de pouvoir faire mieux que son pote Moussa Sissoko, dont le compteur de capes s’est arrêté à une unité en 2010. « C'est pour ça qu'il ne faut pas s'enflammer dans les bons moments et garder la tête solide dans les mauvais. Il faut savoir prendre un peu de recul. On en a un peu parlé avec le coach (Alain Casanova), il n'y a pas de soucis. Ça ne m'empêchera pas de vivre le moment présent et de le vivre pleinement » tempère le néo-international.

A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France
Connectez-vous à notre page

et devenez fan. Le Meilleur de Goal.com vous est réservé

et tombera directement sur votre page.

Relatifs

From the web