thumbnail Bonjour,

Pour ses écarts de conduite à l’occasion du dernier Euro, Samir Nasri s’est vu infliger 3 matches de suspension par la FFF. Jugez-vous cette punition sévère, clémente ou juste ?

Le verdict est tombé ce vendredi au sein du siège de la FFF. Au terme d’une réunion de la commission de discipline, le milieu international français Samir Nasri a écopé d’une suspension de trois matches pour ses différents dérapages à l’occasion du dernier Euro 2012 en Ukraine. Le joueur de Man City s’était, pour rappel, grandement distingué dans le mauvais sens du terme à l’occasion de cette compétition. A travers sa petite guéguerre avec la presse, mais aussi son irrespect du code interne mis en place au sein du Groupe France. Cette décision signifie qu’il va devoir manquer les trois premières sorties de la sélection tricolore sous la coupe de Didier Deschamps.

Le plus dur est à venir pour lui

Outre le match amical contre l’Uruguay, prévu en aout, Nasri ratera donc le début des éliminatoires du Mondial brésilien. Il a de quoi le regretter, mais il peut aussi s’estimer heureux. Au regard de l’impact qu’a eue son déplorable attitude sur l’image de l’Equipe de France et aussi de la jurisprudence « Knysna », il s’en sort plutôt bien. A l’issue du Championnat d’Europe, il se murmurait dans les coulisses que l’ancien Marseillais pouvait être écarté de la sélection pour une durée de deux ans, voir à titre définitif. Un choix radical en guise de sacrifice pour ramener définitivement l’ordre du côté de Clairefontaine.

A 25 ans, Nasri essuie là le coup plus dur de sa carrière internationale, débutée en 2007. Bien qu’il y a eu, et lors d’un passé pas si lointain (Ribéry, Anelka), des antécédents encore plus alarmants, il va de soi qu’il va devoir se montrer solide mentalement pour s’en remettre. Connaissant son caractère et la volonté qu’il lui arrive de démontrer pour pouvoir s’imposer avec les Bleus, il y a à parier qu’il parviendra à rebondir rapidement. Mais, d’un autre côté, il n’est pas impossible, non plus, de le voir trainer cette sanction comme un boulet durant les prochains mois. Un peu comme ça a été le cas de Jérémy Toulalan à l’issue du Mondial sud-africain. L’ancien lyonnais, qui fut l’un des principaux acteurs de l’affaire du bus, avait été sanctionné d’un match de suspension, mais cela a suffi pour briser sa carrière en sélection.

Nasri n’en est pas (encore) là. Toutefois, l’autre paramètre à prendre en compte c’est qu’il ne sera pas le seul décideur par rapport à ce que va être son futur en Equipe de France. Certes, il n’a que 25 ans et son talent ne se discute pas, mais son récent dérapage pourrait inciter le nouveau sélectionneur Didier Deschamps à se passer de lui et pas seulement par contrainte. Ca sera au joueur de prouver qu’il mérite une seconde chance. Cela passe, bien sûr, par de bonnes prestations, mais aussi et surtout par un comportement qui devra être irréprochable. Sur et en dehors du terrain. A ce titre, il pourra s’inspirer de son copain Franck Ribéry. Décrié et honni de toute part il y a deux ans, le Bavarois a su, durant l’Euro et après une grosse remise en question personnelle, regagner l’estime de toute la France.

A lire aussi :

Tout sur l'Equipe de France

Relatifs

From the web