thumbnail Bonjour,

Très attendu, le duo de stars de l’Equipe de France n’a pas été vraiment à la hauteur contre l’Angleterre. Laurent Blanc et les Français attendent plus d’eux.

Ils avaient l’obligation de donner un peu de folie au jeu des Bleus et de se montrer surtout décisifs offensivement. Au final, à l’exception d’une passe décisive délivrée par le Bavarois, ni Karim Benzema, ni Franck Ribéry n’ont été en mesure de confirmer les attentes placées à l’occasion de ce match en Angleterre. Dézonant souvent et en manque d’inspiration lorsqu’ils avaient la balle, ils ont ravivé le débat concernant leur utilité dans ce système à 4-2-3-1. Un problème de plus à régler pour Laurent Blanc avant le futur match contre la Suède.

Blanc a défendu Benzema

Auteur d’un doublé lors du dernier amical contre l’Estonie, Karim Benzema avait comme responsabilité de tenir au mieux son rôle d’avant-centre. C'est-à-dire mettre la pression sur la défense adverse et exploiter les opportunités dont il pouvait bénéficier. Malheureusement, il n’a pas été à la hauteur de cette tâche. Et à l’exception d’une tentative, décochée en fin de rencontre en désespoir de cause, le Madrilène n’est pas parvenu à se montrer menaçant. Sa manie à décrocher pour revenir dans l’entrejeu a privé les Tricolores d’un arme offensive dont ils auraient pu s’en servir lorsque leur domination se faisait intense. C’est bien dommage et ca été certainement l’une des raisons pour lesquelles ils ne se sont pas imposées.

Interrogé au sujet de son numéro 9, ce matin en conférence de presse, le Cévénol a logiquement pris sa défense. Il a mis l’accent sur sa combativité et le souci qu’il a toujours de se mettre au service du collectif. « Quand vous dites qu'il décroche, il le fait aussi énormément au Real Madrid. Entre Terry et Lescott, face à une équipe regroupée, il faut essayer de se démarquer » a-t-il expliqué, poursuivant : « Il joue habituellement comme ça. Il aurait fallu dédoubler sur les côtés mais, même là, les Anglais étaient bien armés. On a pris notre chance de loin. Ca a failli marcher avec Cabaye à la fin. Mais il y a une équipe qui refusait le jeu. On la vu en finale de Ligue des Champions, ça vous fait perdre votre jeu. A moins d'un exploit individuel ».

Concernant Franck Ribéry, il a attaqué la rencontre avec beaucoup d’envie et sa belle entame fut récompensée par une passe décisive pour Nasri. Toutefois, le constat selon lequel il pouvait faire bien mieux est présent. En cherchant souvent la solution individuelle et en permutant avec les autres sans aucune utilité, il n’est parvenu à avoir son impact habituel. Du moins, celui qu’il démontre tout au long de la saison avec le Bayern. Sachant qu’il fait désormais preuve d’une bonne attitude au niveau du comportement, il n’est pas interdit d’être indulgent avec lui. Mais cela va de pair également avec une certaine exigence par rapport au statut qui est le sien dans cette sélection.

A lire aussi :

Tout sur l'Euro 2012

Relatifs