thumbnail Bonjour,

Bien qu’ayant réussi à renverser l’Islande après avoir été mené (2-0), l’Equipe de France n’a pas vraiment rassuré pour sa première sortie en amical.

Quelle lecture doit-on se faire de la rencontre livrée dimanche soir par l’Equipe de France à l’occasion de son premier test amical ? Contre l’Islande (2-1), à Valenciennes, les Bleus ont livré deux visages ; un premier plutôt décevant durant les 45 premières minutes de jeu, et un second beaucoup plus honorable au retour des vestiaires. Le résultat final leur fut favorable, et c’est tant mieux, mais sur la table de dissection, et comme l’a si bien précisé Laurent Blanc à l’issue de la partie, « il ne faudra rien occulter ». Et pour cause ; la marge de progression est encore énorme et à moins de deux semaines de l’Euro, ce n’est pas forcément bon signe.

Il y a du pain sur la planche

Oui, les Tricolores ont offert aux spectateurs du Hainault une fin de match de folie, durant laquelle chacune de leurs offensives ont été un régal pour les yeux. Oui, il y a eu trois buts de marqués en l’espace d’une mi-temps, ce qui n’est jamais arrivé sous l’ère Blanc. Oui, l’équipe a gagné pour la première fois après avoir été menée par deux buts d’écart depuis sept ans. Oui, certaines individualités ont suscité beaucoup de satisfaction, à l’instar d’un Olivier Giroud, qui s’est montré doublement décisif. Autant d’enseignements positifs qui pourraient nous inciter à fermer les yeux sur les imperfections qui ont émaillé de cette partie. Mais ça ne serait pas une analyse juste, et surtout pas envers cette équipe qui est toujours en phase d’apprentissage. 

La manière avec laquelle ses Bleus ont attaqué le match est à voir et à revoir en détails, car c’est l’exemple type d’une équipe qui entre sur le terrain avec l’envie de trop bien faire. A trop vouloir se prouver qu’ils ont gagné en confiance, et accessoirement en talent, les protégés de Blanc ont délaissé les fondamentaux. Ce fut préjudiciable à plus haut titre lors de ce match amical, et on préfère ne pas imaginer ce que ça aurait été lors d’un match de compétition et face à un adversaire de plus grand standing. L’équipe islandaise, même limitée sur le plan technique, a joué parfaitement son coup et ça aurait pu suffire à son bonheur, si elle ne s’était pas dispersée lors du second acte de la partie, comme c’est souvent le cas lors des matches sans enjeu.

Collectivement, on n’apprend rien à personne en affirmant qu’il y a à redire de cette performance des Bleus. Il en est de même individuellement, puisque certains éléments ont déçu tout au long du temps qu’ils ont passé sur le terrain (Evra et Gourcuff). La liste des 23 n’ayant pas été encore dévoilée, la logique aurait été de se dire qu’ils se sont mis dans de sales draps, mais leur sélectionneur a assuré, à la surprise générale, que cette soirée valenciennoise n’a, en rien, influencé ses choix. Lesquels auraient été déjà faits auparavant. Il faudra attendre ce mardi pour voir ce que le Cévénol a pris comme décision. Celle-ci sera peut-être discutable, mais ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est que son équipe a, quoi qu’il arrive, encore du pain sur la planche et du travail à faire pour espérer livrer le meilleur visage possible à l’occasion du tournoi continental.

Avez-vous été convaincu par la prestation de l'Equipe de France ?



A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs