thumbnail Bonjour,

Anthony Reveillère se fait un plaisir de participer à sa deuxième phase finale avec les Bleus. Spécialement dans son rôle de « doyen ».

Il n’a que 32 ans et pourtant il figure comme étant l’élément le plus « vieux » de l’Equipe de France qui s’apprête à participer à l’Euro 2012. Anthony Reveillère, le défenseur de l’OL, n’en est pourtant pas un cadre au vu de son nombre plutôt réduit de sélections (16). Ces considérations-là, le latéral droit n’en tient pas vraiment compte au moment d’entrer dans le vif du sujet de la préparation. Il se félicite surtout que tout se passe parfaitement bien au sein de cette sélection, et aussi du fait qu’une « belle aventure » l’attend lui et ses partenaires. Une aventure durant laquelle il voudra « tout donner et ne rien regretter ».

« Respecter les décisions de l’entraineur »

Il n’est pas sûr que Reveillère aurait été appelé par Laurent Blanc si Bacary Sagna, le titulaire au poste, avait été opérationnel. Toutefois, sa présence, il l’apprécie comme il se doit, surtout que son histoire avec l’Equipe de France, commencée en 2003, s’est rarement déclinée en majuscules jusque-là. « J’ai peu de sélections, mais je suis heureux, surtout à mon âge, de profiter de ces moments là » a-t-il assuré, poursuivant : « J’ai connu un trou de quatre ans en Bleu. Quand on arrive en sélection, le plus dur c’est d’y rester. Ce n’est pas forcément évident. Être dans la liste est toujours une fierté et il faut en profiter maximum. On va dire que c’est ma devise ». Un beau discours, qu’il promet de tenir jusqu'au bout, même si les événements futurs venaient à ne pas lui être favorables : « Le plus important c’est de respecter les décisions de l’entraineur ».

Lors du tournoi continental, Reveillère, s’il est retenu dans la liste des 23, pourra être en concurrence avec le Lillois Mathieu Debuchy. Une perspective qui ne le dérange, là aussi, en aucun point. « Il n’y a pas de rivalité, assure-t-il. La concurrence en sélection, c’est différent de celle en club. Quand il y a 23 joueurs, il y a 23 titulaires en puissance, qui sont prêts à répondre présent lorsque le coach fait appel à eux». Au jour d’aujourd’hui, le souci c’est qu’ils sont à 26 à espérer disputer cette compétition. Donc trois de trop. Reveillère avoue qu’il « évite d’y penser », mais il se montre également prévoyant en déclarant : « Il y a trois joueurs qui vont quitter le stage, ça sera le choix du sélectionneur. On verra le 29 mai, ça va arriver vite. Pour l’instant, tout le monde se voit à l’Euro. C’est normal. On aura une pensée pour ceux qui partiront, mais aussi pour ceux qui ont participé aux éliminatoires et qui ne sont pas avec nous ».

La belle atmosphère qui règne actuellement à Clairefontaine ne sera certainement pas toujours de mise. Blanc, comme sélectionneur, s’attend à « de la tension et d’électricité ». Il devra alors compter sur ses vieux briscards pour chercher à apaiser l’ambiance. Un rôle dans lequel Reveillère s'est déjà projeté. « C’est le début d’une aventure, déclare-t-il. On est tous là pour commencer à travailler. Les matches amicaux vont arriver vite. Le groupe vit bien On a hâte de bien se préparer, et de récupérer pour certains. Tout le monde travaille dans ce sens là ». Le natif de Doué-la-Fontaine sait manifestement trouver les mots justes, mais il n’oublie pas, pour conclure, de préciser que ce seront les actes qui compteront le plus : « L’ambiance est bonne forcément à travers les résultats et la meilleure réponse c’est sur le terrain qu’on peut la donner. On a répondu pendant les éliminatoires, mais on a envie de faire bonne figure et faire un très bon championnat d’Europe ».

A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs

From the web