thumbnail Bonjour,

L’équipe de France accueille l’Allemagne, au Stade de France, pour un grand classique européen. Une répétition prestigieuse avant les prochaines échéances...

L’hiver a beau être glacial, c’est dans un climat de renouveau que l’équipe de France a rendez-vous avec l’Allemagne, ce mercredi, pour sa rentrée au Stade de France. Objectif, poursuivre une mission remarquablement entamée et rester dans la continuité d’une dynamique positive face à un troisième adversaire consécutif de calibre mondial. L’impression générale laissée par les Bleus en décembre dernier a posé le socle d’une nouvelle ère. 2012 avait débuté dans l’incertitude, pour finalement s’achever sur un sentiment de devoir accompli. Celui d’une sélection en plein doute qui a rempli ses objectifs, au moins comptables, lors du championnat d’Europe des Nations, avant de prendre le bon train sur la route du Mondial brésilien.  

Entretenir la flamme

Entre temps, Didier Deschamps a pris les commandes, laissées libres par Laurent Blanc. Là où certains ont parlé de continuité dans les résultats, d’autres ont évoqué une cassure de l’image. Deschamps n’est pas dans ce débat. Il a commencé à bâtir, avec ses principes, son cadre, son projet, comme il l’a toujours fait... Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son pragmatisme parle pour lui, pour l’instant. Ses Bleus viennent d’enchaîner deux sorties franchement convaincantes. Une victoire en Italie (1-2), éternel rival, pour conclure son année en beauté, après un match nul mémorable contre les champions du monde et double-champions d’Europe espagnols (1-1), en automne dernier. La photographie de l’égalisation arrachée au bout de la nuit madrilène a redonné vie à ces Bleus et à l’environnement qui les entoure.  Un moment de délivrance fondateur dans le projet de ce groupe.

Au-delà de réels progrès tactiques, c’est donc cet aspect symbolique qu’il conviendra d’entretenir pour rester sur les bons rails. Car la marge de manœuvre est étroite, et l’Allemagne reste une nation référence du moment. Même privée de nombreux éléments importants (Schweinsteiger, Götze, Reus, Klose), la Mannschaft possède suffisamment de certitudes et de talents pour offrir une opposition de poids aux Bleus. Sa génération multiculturelle, malgré son palmarès encore vierge depuis l’arrivée de Joachim Löw, est le symbole d’une période faste qui résulte de son évolution. Et si l’Allemagne a bien changé sa politique, elle n’en garde pas moins ses vertus traditionnelles. Les coéquipiers de Franck Ribéry, pour qui cette rencontre revêt une saveur particulière, s’attendent donc à un combat face à une nation qui n’a plus fait tomber les Bleus depuis 1987. Une éternité, quand on retrace l’historique entre les deux sélections.  Plus qu’un simple match amical, ce premier choc de l’année civile est donc une répétition parfaite avant d’entrer dans le vif du sujet au printemps prochain. Et tant qu’à faire, une belle occasion pour les Bleus de se réconcilier avec le public du Stade de France…

A lire également :

Toute l'actualité de l'équipe de France

 

 

 

 

 

 

 

Relatifs

From the web