thumbnail Bonjour,

"Je suis tout seul, ils sont sept", a plaisanté mardi le milieu de l'équipe de France et du Bayern Franck Ribéry qui affrontera mercredi en amical de nombreux coéquipiers.


Au Bayern depuis 2007 et pleinement épanoui à Munich, Franck Ribéry retrouve mercredi en Bleu et avec émotion cette Allemagne où il s'est reconstruit petit à petit quand il était décrié dans son propre pays. En sélection, où il compte 11 buts en 70 capes, il a également signé des prestations remarquées, avec un but et trois passes décisives en six matches depuis août. Au tableau d'honneur, c'est lui qui a permis à Giroud d'égaliser en Espagne (1-1)

Etes-vous plus à l'aise avec Didier Deschamps?
C'est un tout mais Laurent Blanc a fait un bon travail, très positif. C'était assez difficile après le Mondial-2010 et déjà mieux après l'Euro-2012. A présent, le nouveau coach applique sa philosophie et ses nouvelles idées. Je pense que ça se ressent. Son avis m'a boosté, donné beaucoup de confiance. On discute beaucoup, de tout. C'est important d'avoir une bonne relation. C'est comme au Bayern, j'ai une bonne relation avec Heynckes. Pour le coach, je ferai aussi en sorte que ça se passe bien.

Avez-vous retrouvé le plaisir de vos débuts, notamment à domicile?
Comme je l'ai déjà dit, dès la préparation de l'Euro, les choses allaient mieux et j'ai marqué trois buts. Le contexte était assez difficile, j'ai été beaucoup critiqué mais je suis heureux d'avoir pu me réconcilier avec le public et que tout aille bien. Je me souviens quand c'était dur et forcé. Notamment le match contre les USA. Mais les derniers matches se sont bien passés. Quand je reviens, je suis moins crispé, stressé. Je suis vraiment libéré et cela fait du bien de jouer mon jeu.

Quelle signification a ce match pour le Munichois que vous êtes?
Je suis tout seul, ils sont sept. On s'est taquiné, chambré. Surtout avec Lahm et Müller. Ils m'avaient déjà un peu attaqué dans la semaine à l'entraînement. Ca reste positif. Si on gagne, je pourrais rentrer tranquillement là-bas.

Comment imaginez-vous justement votre duel avec Lahm?
Ce sera un bon duel. C'est quelqu'un qui apporte aussi beaucoup offensivement et qui est facile avec le ballon. Je le connais très bien et lui aussi. Je pense qu'on va prendre du plaisir demain. A partir du moment où je me sens bien, je peux jouer contre n'importe qui. Il connaît mes qualités et sait comment me prendre, mais moi je connais aussi ses défauts.

Quelle distance sépare la France de l'Allemagne?
Cela fait déjà pas mal d'années que l'Allemagne fait de grandes choses dans les grandes compétitions. Ce sont souvent les mêmes joueurs, la même équipe et le sélectionneur aussi est en place depuis très longtemps. Nous, il y a eu des hauts et des bas. Le coach a ses idées et le groupe se sent de mieux en mieux. On a envie de réussir ensemble.

Avec tous ces forfaits, l'Allemagne prend-elle ce match au sérieux?
Que les Allemands prennent le match au sérieux, cela ne m'intéresse pas. Le plus important, c'est nous et nous on va jouer à fond pour gagner. On essaie aussi de préparer les matches de mars. Il y a beaucoup de joueurs blessés mais cela reste une grande équipe.

Vous qui êtes proche de Benzema, que lui manque-t-il pour se débloquer?
C'est un joueur qui a besoin de marquer. Maintenant, c'est aussi un joueur qui ne se pose pas de question, il essaie d'apporter un plus à l'équipe. Cela fait un petit moment qu'il n'a pas marqué en sélection mais il travaille pour l'équipe, se bat et donne de bons ballons.

Relatifs

From the web