thumbnail Bonjour,

Sans Karim Benzema, blessé, l'équipe de France se déplace en Italie avec l'objectif de confirmer ses progrès. Avec quelle animation offensive ?

Son bilan récent est tancé. Mais son absence est suffisamment considérable pour être soulignée. Karim Benzema, titulaire habituel à la pointe de l'attaque des Bleus, sera forfait pour le match amical de prestige en Italie, mercredi. Un vide qui devrait normalement conduire Didier Deschamps à remodeler son animation autour d'Olivier Giroud. Analyse.

Avec ou sans meneur de jeu ?

L'ultime photographie des Bleus, une joie incommensurable au bout de la nuit madrilène, ne laisse guère de place au doute. D'abord parce qu'Olivier Giroud, buteur libérateur, y avait le premier rôle. Et ensuite parce que le buteur d'Arsenal se place, logiquement, en seconde position dans la hiérarchie des attaquants depuis le début de l'ère Deschamps. On pourrait même ajouter un dernier argument au crédit de l'ex-Montpelliérain, l'état de forme du moment. Le dernier meilleur buteur de Ligue 1 (22 buts) a trouvé le chemin des filets à trois reprises la semaine dernière, confirmation de sa montée en puissance. L'autre option concerne Bafé Gomis, efficace avec Lyon depuis le début de saison. L'attaquant Lyonnais possède quelques similitudes avec celui des Gunners, notamment cette faculté à jouer en pivot, mais il serait surprenant que Deschamps l'aligne d'entrée en Italie.

C'est donc Giroud qui tient la corde, même si le contexte de ce match amical et la forte rotation qui va avec compliqueront la lecture des évènements, comme d'habitude... Mais le changement de style avec le Madrilène sera bien visible. Moins mobile que Benzema, même si sa participation au jeu et sa qualité de passe sont réelles, Giroud devrait rester dans une position axiale. Sur le côtés, Franck Ribéry et Jérémy Ménez, qui devraient débuter, devront donc l'alimenter suffisamment en centres, plutôt que de rechercher des combinaisons ou une-deux dans le jeu court, comme il le font régulièrement avec l'attaquant madrilène. Reste désormais à savoir si Deschamps prendra la décision d'aligner un meneur de jeu ou de jouer dans un triangle inversé avec deux relayeurs. L'absence de Diaby laisse augurer la deuxième option. D'autant que la forte impression laissée par la seconde période des Bleus en Espagne est née dans cette configuration.

Il serait donc possible que Blaide Matuidi, qui a pris une autre dimension, soit à la récupération aux côtés de Yohan Cabaye. Le milieu du PSG et l'ancien Lillois possèdent tous les deux cette capacité de se projeter rapidement vers l'avant. Et pour le poste de meneur, la logique tendrait, là aussi, vers Mathieu Valbuena, brillant lors de son entrée à Madrid. Le sélectionneur l'a d'ailleurs souligné. "Il fait un très bon début de saison avec son club, il joue beaucoup et a le coffre pour enchaîner les matches. Il est là depuis le mois d'août avec l'équipe de France. Il peut être amené à débuter, entrer, etc... Mais s'il est là depuis le mois d'août;.. Je sais ce dont il est capable." La deuxième hypothèse concerne Yoann Gourcuff. Le Lyonnais possède ce profil de régulateur idoine pour le poste, et son état de forme du moment est un atout. Si son simple retour dans le groupe s'apparente déjà à une victoire, une titularisation serait-elle crédible à ce poste de meneur de jeu ? Poser la question, c'est presque y répondre...

Relatifs

From the web