thumbnail Bonjour,

Six ans après avoir mis un terme à sa carrière sportive, Zizou va passer ses diplômes d'entraîneur, cette année, à Clairefontaine et rêve de coacher un jour les Bleus.

Il n’est plus directeur sportif au Real Madrid depuis un moment. L’ancien génie des terrains de 40 ans aimerait «passer à autre chose» mais surtout «l'adrénaline du terrain» et se verrait bien, «un jour», à la tête de l'Equipe de France. Mais Zidane tient à «faire les choses dans les règles de l'art». «Je sais qu'il y a des entraîneurs sans diplôme, qui ont saisi une opportunité, mais moi ce ne sera pas le cas», prévient-il ce dimanche dans une interview accordée à L'Equipe. Conscient que le rôle d'entraîneur «est sûrement beaucoup plus compliqué» à assumer que celui de capitaine ou de joueur respecté, l'ancien Madrilène estime qu'il est certainement «beaucoup plus riche» aussi.

Le terrain lui manque

Zizou suit les Bleus «toujours comme un ancien joueur», et confesse de se «projeter un petit peu plus en pensant qu'un jour une possibilité d'entraîner existera peut-être.» «Il faut faire les choses doucement. Moi, je n'aurais aucun souci à commencer différemment. Sincèrement, je ne me suis pas posé la question de l'endroit ou du niveau où j'allais entraîner», assure-t-il. «Je ne me pose pas la question de savoir si ce serait bien ou pas bien d'entraîner une équipe de jeunes, par exemple.» «Ce qui m'a manqué, poursuit-il, c'est vraiment le terrain, la compétition, quand tu entres avec les poils qui se dressent parce qu'il y a du monde, parce que tu as envie de gagner un match. Tout ça, oui, ça me manque, cette pression, cette responsabilité.»
Zidane veut coacher

Et comment Zizou juge Deschamps et Blanc ? Et bien de façon laudatrice et respectueuse. « Ils ont fait du bon boulot » juge-t-il, avant de jauger le futur adversaire des Bleus, l’Espagne. «Cette équipe a toujours été surprenante, argumente-il. Sincèrement, pour moi, l'Espagne est une équipe qu'il faut aller chercher. Elle peut être en difficulté si tu la presses. C'est une équipe qui sait tellement bien jouer au ballon que si tu la laisses venir chez toi, pffff... Au bout d'un moment, dans l'attaque-défense, l'attaque prend le dessus, parce qu'il est bien plus difficile de courir derrière le ballon que de courir avec le ballon. Les Espagnols n'aiment pas être titillés ou pressés.»

Relatifs

From the web