thumbnail Bonjour,

Etienne Capoue et Christophe Jallet, qui ont ouvert leur compteur international, se souviendront de leur première sortie au Stade de France.

C'était la soirée des premières. Un retour au stade de France pour Didier Deschamps, et une titularisation pour Etienne Capoue et Christophe Jallet. Ce France-Biélorussie amenait forcément un vent de fraîcheur pour cette période de rentrée internationale. Et comme les deux hommes ont trouvé le chemin des filets, le bizutage était parfait.

Jallet : "Un but comme ça, ça se raconte"

Lors du traditionnel match amical estival, Capoue et Jallet avaient déjà eu l'honneur d'ouvrir le chapître de leur carrière internationale. Avec des fortunes diverses. Pendant que Capoue réalisait une prestation sans complexe, Jallet avait peiné à se lâcher. Question de statut ? Peut-être. De contexte ? Sûrement. En attendant, les données ont rapidement changé dans le bain de la compétition. Le Parisien a inscrit un but aussi superbe que chanceux d'un centre-tir imparable ! «Un but comme ça, ça se raconte. C'est une émotion énorme, même si ça vient un peu de nulle part. C'est un moment intime et magnifique, il faut savourer même si on a peu de temps pour ça. Je veux centrer, mais heureusement le ballon a décidé d'aller ailleurs. Je ne suis pas un buteur, je n'ai pas l'habitude de ces moments. En plus, c'était important de faire le break à ce moment-là, même si ça n'a pas duré longtemps.», a t-il expliqué après la rencontre.



Avant lui, la situation avait été débloqué par un autre petit nouveau. Etienne Capoue, rapidement catégorisé milieu défensif, a fait taire ses détracteurs en marquant un but de véritable milieu "box to box", comme Abou Diaby quelques jours plus tôt. Une délivrance pour le milieu toulousain, qui a certainement marqué des points en montant en puissance au cours de la rencontre. «Quand j'ai marqué, j'ai pensé à tout le monde dans ma tête. Je suis vraiment fier de marquer. En plus, ce but fait du bien car on avait du mal. On n'a pas douté car on savait qu'on allait trouver une brèche. Ça s'est bien passé. J'ai essayé d'apporter mes qualités. Ça commence très très bien et quand on touche le summum, on a envie d'y rester. Avec Jallet nous sommes tous les deux des anciens Niortais et c'est notre petit clin d'oeil.» Un clin d'oeil rafraichissant pour une nouvelle ère en Bleu qui débute de la meilleures des manières. On en redemande.


Relatifs

From the web