thumbnail Bonjour,

Laurent Blanc na pas encore quitté le trône bleu que commence la valse des candidats. Et certains CV s’en tirent mieux que d’autres. Jugez plutôt.

Les Bleus ont bien atteint les quarts de finale, battus par l'Espagne (2-0), ce qu'ils n'avaient pas fait lors des deux derniers tournois majeurs, avec des éliminations aux premiers tours de l'Euro-2008 et du Mondial-2010. Mais au niveau de l'attitude, des coups de canif ont été portés au contrat moral par les joueurs, Samir Nasri insultant la presse notamment. Blanc en a payé le prix et désormais, le bal des successeurs potentiel est ouvert.

Deschamps, le bon profil

Didier Deschamps est évidement le candidat numéro 1 pour la succession de Blanc, avec lequel il partage un profil similaire. Tous deux sont champions du monde. Tous deux produit de la formation des entraineurs à la française. Deschamps est plus autoritaire cependant. Mais en dépit de cette nuance de caractère, le futur ex coach de l’OM fonctionne selon les mêmes schémas générationnels et culturels que Blanc. Et c’est peut-être là que le bât blesse. Que peut-il apporter de plus ? Et bien, Deschamps peut faire valoir son expérience dans la gestion des crises depuis qu’il a pris les rênes de l’OM. Il a également remporté des titres avec le club olympien malgré un règne semé d’embûches et possède un charisme réel.


Vers du 100% Ligue 1 ?

Paul Le Guen possède un joli CV avec quelques trophées en club a obtenu des titres en club lors de ses passages à l’Olympique Lyonnais et au PSG, et une certaine expérience internationale pas du tout négligeabl, lui qui fut sélectionneur du Cameroun (il a participé au mondial 2010 avec les Lions Indomptables) et aussi, plus anecdotiquement, du sultanat d’Oman. Le Breton a d’ailleurs conduit Oman au 4e tour qualificatif pour la Coupe du monde 2014.

Et si la Fédération se tournait vers du 100% Ligue 1, avec des entraineurs aussi renommés et couronnés de succès que Rudi Garcia du coté de Lille et René Girard à Montpellier ? Défenseur du beau jeu et avocat de l’attaque, champion de France en titre et nommé parmi les 10 meilleurs entraîneurs du monde pour l'année 2011, Rudi Garcia ne laisse pas de marbre les caciques de la FFF. Mais Girard a d’autres avantages, outre que le titre avec le MHSC cette saison au nez et à la barbe du PSG et de ses millions, et qui présente l'avantage de connaître la maison, lui qui avait été l'adjoint de Roger Lemerre puis sélectionneur des Espoirs.

LA DTN en action ?

Dans ce jeu des chaises musicales, Erik Mombaerts est l’avatar de la DTN. Son point fort : il présente de bons résultats avec les Bleuets, en route pour l’Euro 2013, et pourrait assurer la transition. Point faible ? Il représente la direction technique nationale et après le fiasco de Raymond Domenech, l’instance n’est plus franchement en odeur de sainteté dans le paysage footballistique tricolore.  On peut également estampiller « DTN » des techniciens comme Guy Stéphan (adjoint de Deschamps à l’OM) ou encore Alain Boghossian.

Le truculent Luis Fernandez peut également y prétendre. A part ses obligations envers la radio RMC, l’ancien coach du PSG est disponible. Fernandez, qui peut se prévaloir d’une  certaine expérience, voir d’une expérience certaine, vient justement d’annoncer qu'il était prêt à aider les jeunes joueurs des Bleus. Joindra-t-il le geste à la parole ?


Relatifs