thumbnail Bonjour,

Le capitaine de l'équipe de France, Hugo Lloris s'est exprimé dans les colonnes de L'Equipe au sujet de la performance de son équipe dans l'Euro 2012.

Le capitaine de l'équipe de France, Hugo Lloris est l'une des rares satisfactions des Bleus dans cet Euro 2012. Toujours irréprochable que ce soit sur ou hors du terrain, le Lyonnais a livré ses impressions sur cette compétition européenne dans les colonnes de L'Equipe.

"J'ai l'impression qu'on mélange tout"

Après la défaite de l'équipe de France face à l'Espagne en quart de finale, ce sont plus des questions extra-sportives qui entourent la sélection française. Critiqués pour leur manque d'implication et leur mauvais comportement, les Bleus ont des compte à rendre avec la presse et ses supporters. Pourtant, Hugo Llloris souligne le fait qu'il faut savoir faire une distinction entre le résultat sportif et le résultat individuel: "J'ai l'impression qu'on mélange tout. Associer deux ou trois cas individuels à l'ensemble de l'équipe de France, ça me choque, oui. Sportivement, cet Euro n'a pas été parfait, deux matches seulement ont été positifs, et la défaite contre la Suède est vraiment dure à comprendre et à avaler, mais il faut juger l'ensemble de notre parcours depuis deux ans. On s'est redressés, on s'est qualifiés, on est restés sans perdre pendant vingt-trois matches, et en ce moment, on est en train de tout détruire. J'ai le droit de trouver ça injuste. Toutes les sélections ont des cycles, et le cycle de deux ans dont nous sortons nous a fait passer un cap". L'équipe de France semble donc en construction. Mais difficile de ne pas comparer ce relatif échec de l'Euro 2012, à la dernière Coupe du monde 2010 durant laquelle les Bleus s'étaient exclusivement distingués par leur comportement extra-sportif. Mais encore une fois pour le capitaine français, il ne faut pas faire d'amalgame: "En 2010, on s'était mis en situation de faute professionnelle, avec tous les événements que l'on connaît, et au-delà de l'échec sportif le poids de l'extrasportif avait été considérable. Là, tout le monde a joué à fond, dans la préparation comme dans la compétition".



Si après la Coupe du monde 2012, plusieurs joueurs français étaient dans le colimateur des critiques, aujourd'hui c'est surtout un joueur qui défraie la chronqiue. Samir Nasri s'est distingué par deux fois en insultant des journalistes à la fois sur et en dehors du terrain. Un comportement déplacé qui salie aujourd'hui l'image de l'équipe de France. Mais Hugo Lloris tient à distinguer les deux écarts de comportement de son coéquipier: "Après son but contre l'Angleterre, il a exprimé certaines choses. Cela lui appartient. Cela lui a peut-être joué des tours, d'ailleurs, parce qu'il s'est mis une pression supplémentaire, et son devoir de performance est devenu plus élevé. Le problème, c'est qu'il a été dans le viseur, et que cela a touché indirectement l'équipe. Ce n'est pas à moi de dire si c'était bien ou pas, mais il a tout pour réussir, il n'a pas besoin de ça dans sa compétition". Un problème que Nasri a choisi de régler sur le terrain avec le maillot de l'équipe de France sur les épaules. Difficile de dire alors si son nouveau dérapage après l'Espagne est plus ou moins condamnable: "Après l'Espagne, c'était un problème entre lui et un journaliste, qui lui a dit "casse-toi". Je ne cautionne pas les propos de Samir en réponse, il s'en est excusé depuis, d'ailleurs".

Mais au delà du cas Samir Nasri, s'il y a bien une chose qui agace Hugo Lloris c'est la globalisation de ce mauvais comportement: "Mais je trouve inadmissible qu'on résume le comportement de l'équipe de France à cet incident. Comment peut-on effacer tout ce qu'on a fait pendant deux ans ? L'équipe de France ne mérite pas ça, et de nombreux joueurs ne méritent pas ça. Il y en a qui n'ont pas joué du tout, comme Mathieu Valbuena, et d'autres qui ont perdu leur place, comme Patrice Évra, et qui ont été exemplaires jusqu'au bout, qui ont pensé à l'équipe jusqu'au bout. Résumer le comportement de vingt-trois joueurs à deux incidents, c'est profondément injuste". A l'approche des matchs qualificatifs pour la Coupe du monde 2014, l'équipe de France aura donc fort à faire pour tenter de redorer à nouveau son blason. Mais ce qui est sûr c'est qu'elle pourra compter sur son capitaine pour remettre les choses à leur place.

Relatifs

From the web