thumbnail Bonjour,

Le sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Blanc a déclaré en conférence de presse d'après-match qu'il était très heureux de la victoire de son équipe face à l'Allemagne (1-2)

Qu'est ce qui vous a le plus plu, le résultat ou la manière?

"J'ose dire les deux mais ça a été un beau match de football. J'ai pris énormément de plaisir à le suivre. C'était un match ouvert. On avait bien étudié le jeu de l'Allemagne. On était unanime pour louer la valeur offensive de cette équipe mais on avait décelé des faiblesses défensives. J'ai pris énormément de plaisir à suivre le match et quand on gagne un match, le plaisir est décuplé".

Est-ce le meilleur match de l'équipe de France depuis que vous êtes à sa tête?

"Cela fait partie des bons matchs mais notre match référence reste la Bosnie-Herzégovine, qualifciatif pour l'Euro 2012. On manquait de régularité dans les performances. Là, après une bonne première période on a aussi fait une très bonne deuxième période, cela veut dire qu'on peut hausser notre niveau de jeu".

Mathieu Debuchy et Olivier Giroud ont-ils marqué des points?

"Certainement. Quand tu es dans une équipe qui bat l'Allemagne et que tes performances sont bonnes, c'est très bien pour les joueurs concernés. On nous avait reproché de ne pas jouer en équipe. Là, on a joué avec un esprit collectif remarquable. Cela resserre pour l'Euro et ceux qui étaient là mercredi soir ont marqué des points".

Ce genre de victoire amène plus de confiance?

"Je me dis que la confiance est augmentée après la production des joueurs. J'avais dit aux joueurs qu'on pouvait gagner ce match. On est exigeant avec ces joueurs parce que nos dernières sorties n'avaient pas été bonnes mais on savait qu'on pouvait être meilleur".

En mars 2010, la France s'était inclinée contre l'Espagne avant de sombrer au Mondial. Ce succiès peut-il avoir l'effet inverse?

"D'ici le mois de mai il va se passer des choses. J'ai dit aux joueurs de rester en très bonne santé. Des victoires, c'est mieux que des défaites pour le capital confiance. C'est mieux de gagner en Allemagne que d'être dominé mais l'impact s'arrête là".

Relatifs

From the web