thumbnail Bonjour,

Pour la dernière journée de Ligue Europa, les représentants français ont connu des fortunes diverses.

Il y avait bien un point commun entre les différentes écuries françaises pour ce dernier match de phase de poule de Ligue Europa. C’était l’absence de suspense, puisque Lyon et Bordeaux avaient déjà leur ticket pour les seizièmes de finale en poche, et que Marseilleétait déjà éliminé de la compétition. Les Lyonnais et les Bordelais, vainqueurs respectivement du Kiryat Shmona et de Newcastle (2-0), ont confirmé leurs bonnes dispositions. L’OM, en revanche, quitte la scène européenne par la petite porte.

Les jeunes Lyonnais ont marqué des points

L’OL a donc réalisé un parcours quasiment parfait dans cette compétition pour l'instant. Invaincus, les hommes de Rémi Garde se sont en plus offert le luxe d’effectuer une large revue d’effectif. L’occasion pour le club rhodanien d’évaluer le niveau de ses pépites. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces espoirs n’ont pas déçu. Le jeune Sarr, pour sa première titularisation, a ouvert le score, avant que Benzia, déjà remarqué en Ligue 1, ne double la mise. Rémi Garde, comblé, ne cachait pas sa satisfaction après la rencontre, même s’il se montrait perfectionniste sur l’ensemble de la copie rendue par ses troupes. «Nous avons gagné sans concéder de but malgré quelques situations dangereuses et des arrêts pour Anthony Lopes. C'est une soirée positive pour les jeunes notamment. Nous avons flotté un peu dans la seconde moitié de la première période, il a fallu régler un problème tactique. Nous avons été moins simples dans notre jeu et certains ont commencé à vouloir briller individuellement au détriment du collectif. Il y a eu un petit recadrage mais en seconde période, nous avons repris le cours normal des choses. Tous les joueurs ont marqué des points. L'équipe était très jeune, plus ou moins selon l'expérience que certains avaient déjà. Ce soir, c'était particulier. Nous étions déjà qualifiés et il y a un gros match dimanche. Si, à l'avenir, quelle que soit l'épreuve, j'ai l'habitude d'aligner la meilleure équipe possible et si un jeune qui était là ce soir a le niveau ou est meilleur qu'un autre, il sera dans le groupe.»

Un peu plus tôt, donc, l’OM avait tenté un coup semblable en présentant une équipe largement remaniée pour affronter Limassol. Le club phocéen a pu mesurer le chemin qu’il lui restait à parcourir en terme de formation, puisque il a concédé un revers sans appel (3-0). «Nous étions éliminés de cette épreuve, mais nous avions envie de sortir convenablement et de faire un match de qualité. Je n'aime pas perdre. C'est toujours ennuyeux d'encaisser des buts sur coups de pieds arrêtés. Mais je trouve le score sévère au vu de la qualité de notre match. Beaucoup de jeunes ont mis le pied en Coupe d'Europe depuis le début de la compétition. Avec ce déplacement, ils ont pu découvrir et toucher de près l'exigence, la préparation, la concentration qui sont nécessaires au plus haut niveau. Mais il y a de la qualité, je citerais par exemple un garçon comme Jobello qui a fait un match très intéressant. Dès demain (vendredi), il faut se tourner vers nos prochains rendez-vous Lorient, Bastia et Toulouse. Et notamment Lorient dimanche au Vélodrome.», expliquait Elie Baup après la rencontre.

Le son de cloche était différent dans les rangs bordelais. Les Girondins, tombeurs de Newcastle (2-0), ont assuré leur place de leader de leur poule. De quoi nourrir de belles ambitions au printemps prochain. «C'est une belle satisfaction d'avoir gagné, déjà, et de gagner avec la manière. On a fait un match plein pendant 90 minutes, on gagne 2-0, le score est logique, on aurait pu en mettre un ou deux de plus. On joue toujours pour gagner, je me voyais mal dire à mes joueurs avant le match de finir deuxième et perdre le match. On aurait fini deuxièmes, cela aurait été pareil car je regardais les groupes, et il y aura des morceaux difficiles en seizièmes. L'avantage que l'on a, c'est que chacun connaît les principes de jeu, à chaque fois qu'ils jouent, ils savent ce qu'il faut faire. Le danger aurait été de faire des choses individuellement au détriment du collectif. Là, on a vu que le collectif a pris le pas sur les intentions individuelles et quand c'est comme ça, on ne peut pas retirer quelqu'un qui a été mauvais. », soulignait Francis Gillot.

A lire également :

Toute l'actualité de la Ligue Europa

Final
Sevilla FC Sevilla
v
SL Benfica Benfica
#B1with_Sevilla
#B1with_Benfica

Relatifs

From the web