thumbnail Bonjour,

Bordeaux, solide à défaut de briller en L1, va passer un nouveau test jeudi (21h05) sur le terrain de Newcastle et son armada de joueurs francophones.


Bordeaux avait frappé fort en Europa League avec une très nette victoire 4-0 face au Club Bruges. La marche sera beaucoup plus haute jeudi avec un déplacement à St-James Park, le superbe stade de Newcastle. Tenus en échec sur le terrain du Maritimo Funchal, les Anglais et leurs nombreux francophones (Cabaye, Ben Arfa, Obertan -ancien Girondin-, Amalfitano, Marveaux, Ba, Cissé...) ont besoin de points. Les voyages bordelais outre-Manche ont rarement été des parties de plaisir. Quatre traversées pour quatre défaites, parfois cuisantes, et jamais un but marqué, que ce soit à Manchester United (2-0), Aston Villa (1-0), Liverpool (3-0) ou Chelsea (4-0).

Des surprises dans le onze ?

Pour leur entame dans la compétition, les Magpies ont ramené un nul vierge du Maritimo Funchal mais "ils avaient fait beaucoup tourner, il n'y avait que quatre titulaires", indique Gillot, en pleine incertitude quant à la composition qui lui fera face jeudi soir. D'autant que Newcastle a aussi et surtout en tête la réception de Manchester United dimanche. "J'ai vu beaucoup de DVD, les joueurs on les connaît mais l'équipe qui va démarrer, on ne sait pas trop", explique le technicien girondin.

Bordeaux, aussi, pourrait réserver des surprises dans son onze de départ, histoire de garder forces et fraîcheur avant le déplacement à Brest dimanche (14 h). Quant au système, ce sera un mystère pour Alan Pardew et son staff jusqu'au coup d'envoi. A Belgrade, lors du barrage aller (0-0), Bordeaux avait évolué à quatre derrière. Mais les expériences réussies avec cinq défenseurs au Parc des Princes (0-0), à Valenciennes (0-0) ou à Gerland (2-0), laissent à penser qu'il pourrait bisser contre Newcastle, au standing proche de ceux de Paris ou de Lyon.  Avec ce système, nous avons prouvé que nous pouvons gêner beaucoup d'équipes cette saison", reconnaît d'ailleurs le défenseur brésilien Henrique. Certes, bétonner et défendre bas n'est ni très beau ni enthousiasmant, mais c'est solide et Bordeaux s'est relevé en adoptant cette formule la saison dernière. Vaut-il mieux privilégier l'esthétisme à l'efficacité ? Vaste débat pour les coéquipiers de Cédric Carrasso qui se plaisent à haïr la défaite depuis 17 matches, L1 et C3 confondues.


Final
Sevilla FC Sevilla
v
SL Benfica Benfica
#B1with_Sevilla
#B1with_Benfica

Relatifs

From the web