Le Qatar, une clé financière pour le PSG et le Barça

ANALYSE - La connexion avec le Qatar a permis au PSG de construire la plus belle ère de son histoire, et au Barça de réunir Neymar, Suarez et Messi.

Il est impossible de comprendre le football d'aujourd'hui sans se pencher sur les caprices de puissants magnats venus des quatre coins du monde. Il est impossible, aussi, de dissocier le football du monde des affaires. Le FC Barcelone et le PSG sont deux cas bien disctincts, mais ils illustrent parfaitement l'influence des milliardaires dans un sport pourtant populaire.

Comment Léo Messi peut faire mal au PSG ?

"Qatar Airways nous a aidé à faire grandir le FC Barcelone", avait souligné le vice-président du Barça Manel Arroyo l'été dernier, lorsqu'il avait annoncé la prolongation de contrat d'un an avec Qatar Airways. Cette collaboration, débutée en janvier 2011, a rapporté un total de 165 millions d'euros. Un bail de six ans qui prend contractuellement fin en juin prochain.

Pendant cette période, le Barça a affirmé sa puissance financière. Seulement un an et demi après avoir signé avec Qatar Airways (Qatar Foundation durant la première saison), les dirigeants catalans ont mis la main sur Neymar puis Luis Suarez un an plus tard, qui forment aujourd"hui aux côtés de Lionel Messi le trio d'attaque le plus redouté au monde.

Luis Suarez Neymar Messi Alaves Barcelona LaLiga 11020217

Malgré ces millions dans les caisses du club, le partenariat n'a jamais convaincu les socios du Barça, qui ne se sont pas privés pour le faire savoir dans les différentes Assemblées annuelles. Le président, Josep Maria Bartomeu, mettra un terme à cette collaboration à la fin de cette saison pour en débuter une autre avec la marque Rakuten, une société japonaise de e-commerce qui ne suscite pas les mêmes zones d'ombre pour le rôle social du Barça, toujours soucieux de respecter ses "valeurs". 

L'arrivée de Qatar Airways, au-delà d'un simple partenariat économique, a eu des conséquences à l'intérieur et à l'extérieur du club. D'une part, le Barça a dû rompre son lien avec Turkish Airlines, concurrent de la compagnie aérienne qatarienne. Et d'autre part, Qatar Airways a augmenté le nombre de vols entre l'aéroport El Prat de Barcelone et le Qatar, rapprochant toujours plus la Catalogne du petit pays du golfe Persique.

Quelle est la meilleure formule pour battre la bande à Messi ?

Le cas du PSG est différent. L'arrivée de Qatar Sports Investments est avant tout le fruit d'un accord politique. C'est l'ancien président de la République française, Nicolas Sarkozy, qui a accueilli les milliardaires Qatariens. Ces derniers ont ensuite confié le club de la capitale entre les mains de celui qui était ministre des Sports au Qatar et président de la Fédération de tennis du pays : Nasser Al-Khelaifi, le nouveau président du PSG. Une arrivée après l'attribution de l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Le PSG touche légèrement moins que le FC Barcelone pour son partenariat avec la compagnie aérienne Fly Emirates, vingt-cinq millions d'euros par an. Mais au-delà des chiffres bruts, le soutien financier du Qatar est incalculable, car les nouveaux propriétaires du PSG ont construit une équipe de très haut niveau pour écraser la concurrence en France et viser la Ligue des Champions. Pas encore favori en C1, le PSG est déjà un habitué des quarts de finale de la Coupe aux grandes oreilles.

Ce PSG-Barça sera donc une affiche diplomatique entre deux clubs liés - directement ou indirectement - au Qatar. Deux clubs qui illustrent, plus que tout autre, à quel point le football est intimement lié à la politique et aux affaires...