thumbnail Bonjour,

La demi-finale de Ligue des Champions entre le Bayern Munich et le FC Barcelone s'annonce explosive. Mais un nom revient sur toutes les lèvres, celui de Pep Guardiola.

Depuis l'annonce de son nom en janvier, comme remplaçant de Jupp Heynckes à partir du 1er juillet prochain sur le banc des champions d'Allemagne, Guardiola alimentait déjà toutes les conversations outre-Rhin. Depuis le tirage au sort, la tendance s'est encore accentuée. Car s'il existe un homme capable de livrer les clés de ce Barça, c'est bien Guardiola. Entraîneur des Blaugrana de 2008 à 2012, le technicien de 42 ans est à l'origine des 14 titres sur 19 possibles conquis par les Barcelonais durant cette période. Guardiola est même le principal créateur du logiciel de jeu des Catalans, avec Johan Cruyff, sous les ordres duquel il a d'ailleurs remporté en tant que joueur la première Ligue des Champions du club, en 1992.

Les avis sont partagés côté allemand

Il y a ainsi ceux qui sont persuadés que "Pep" révélera une partie de ses secrets sur le Barça à "Jupp". L'entraîneur de Dortmund Jürgen Klopp, dont le club se trouve lui aussi dans le dernier carré face au Real Madrid, était de ceux-là: "Je suis prêt à parier que le Bayern appellera Guardiola pour que celui-ci les renseigne sur le Barça". Et puis, il y a ceux qui pensent le contrairef, à commencer par l'un des principaux intéressés, Jupp Heynckes, qui prenait cette supposition presque comme une insulte. "Appeler Pep? Je n'ai jamais demandé conseil à un autre entraîneur avant d'affronter une équipe. Je vous prie de respecter mon travail", s'était indigné l'entraîneur bavarois. Son patron Karl-Heinz Rummenigge abondait dans son sens, rappelant que l'actuel coach "connaît déjà parfaitement le football espagnol" en raison de sa trajectoire comme entraîneur de plusieurs clubs ibériques, comme le Real Madrid. Enfin Matthias Sammer, le directeur sportif du club rouge et blanc, surfait lui sur la ligne éthique: "Pep a Barcelone dans son coeur. Ca poserait un problème de l'interroger. On ne va pas lui imposer cette contrainte morale de divulguer des infos sur son grand amour".

«Il faut laisser Pep tranquille»

En résumé, cette double confrontation sera donc très probablement un crève-cœur pour l'ancienne plaque tournante du milieu de Barcelone et de l'équipe d'Espagne. A moins que. «Il faut laisser Pep tranquille. Il s'agit d'une demi-finale entre le Barça et le Bayern et il faut laisser tranquilles ceux qui ne font plus partie du club, estime Andoni Zubizarreta, directeur sportif blaugrana, sur Canal+ Espagne. Il nous a beaucoup aidés et maintenant, il va devoir à la fois souffrir et profiter du match. Mais je suppose qu'il en profitera plus qu'il ne souffrira car il aime avant tout le football

Relatifs