thumbnail Bonjour,

Parti en Chine avec le trophée de la C1, Didier Drogba, est revenu en Europe en ce début d’année 2013. Avec l'objectif est de défendre crânement son titre.

On ne pensait pas le revoir au plus haut niveau. Mais à 34 ans, Didier Drogba a compris qu’il avait encore tant à donner et que rester dans l’ombre, dans un championnat exotique et même avec un salaire mirobolant, n’est pas ce qui lui procurait le plus de plaisir. Au bout de neuf mois seulement passés en Chine, au sein de l’extravagante équipe de Shanghai Shenhua, l’international ivoirien est revenu en Europe en ce début d’année 2013 en s’engageant en faveur du Galatasaray. Le club stambouliote n’est pas vraiment de la trempe de Chelsea, son ancien club, mais il lui offre au moins la possibilité de regouter à la prestigieuse Ligue des Champions. Ce mercredi, il sera donc bien là, dans la superbe Türk Telekom Arena pour mener les Sang et Or vers une victoire face aux Allemands de Schalke 04. Bien sûr, à lui seul, l’ex idole de Stamford Bridge ne pourra pas tout faire, mais vous pourrez être sûrs qu’il fera tout pour aller le plus loin possible dans cette compétition, dont il est détenteur.

Ambitieux comme le Gala

Chelsea ayant été éliminé dès la phase des poules de la C1 cette année, Drogba est même le dernier « tenant du titre » encore en lice à l’occasion des huitièmes de finale de l'épreuve. Un honneur lourd à défendre, mais connaissant le joueur et sa rage de vaincre, il n’y a aucun doute quant au fait qu’il mettre tout en œuvre pour revivre le même parcours que lors de l’exercice écoulé. Et pour ceux qui en doutent, il suffit juste de revoir les débuts qu’il a réussis la semaine dernière sous ses nouvelles couleurs. Pour sa toute première apparition dans le championnat turc, celui que les supporters locaux ont surnommé « Dundar Drogbaz » s’est offert le luxe de marquer un très beau but. Quelques minutes seulement après son incorporation en seconde mi-temps, il a placé une tête rageuse qui a fini au fond. Le but de l’ouverture du score et dont les protégés de Fatih Terim se sont inspirés pour finalement l’emporter 2 à 1.

Avec un contrat qui s’entend jusqu’en été 2014, Drogba va certainement mettre d’autres buts sur les bords du Bosphore. Il ne marquera assurément pas autant que chez les Blues (157 en 341 matches joués). Mais, il peut espérer améliorer son total dans la Ligue des Champions européenne. Avec 39 réalisations à son actif, dont la dernière réussie à Munich le 19 mai dernier en finale, il figure à la 11e place des attaquants les plus prolifiques dans cette compétition. Pour intégrer le Top 10, et dépasser un certain Alessandro Del Piero, il doit en scorer cinq de plus. Un objectif supplémentaire qui a de quoi sérieusement le motiver et c’est le « Gala » tout entier qui se frotte les mains à l’idée d’en tirer profit. Afin de réussir cet accomplissement, le natif d’Abidjan compte sur le sens aiguisé de la passe d’un certain Wesley Sneijder. Ex champion d’Europe (2010) comme lui, le Néerlandais est également revanchard après avoir passé six mois à cirer le banc, voire les tribunes de l’Inter de Milan.

Avec un tel duo, la formation stambouliote peut se permettre de rêver. Premier et seul club turc à avoir remporté une Coupe d’Europe (celle de la Coupe de l’Uefa 2000), il ambitionne secrètement de faire aussi bien dans la mère des compétitions continentales. Et c’est d’ailleurs dans ce but là qu’Unal Aysal, le propriétaire milliardaire du club, œuvre principalement depuis sa prise de fonction en mai 2011. Le jeu pratiqué par la bande à Terim n’est pas spécialement chatoyant, mais les résultats enregistrés ces derniers mois, dont un succès 2-0 face à Man United, donne du crédit au projet qu’il a mis en place. Et en s’offrant les services d’un buteur tel que Drogba, il prouve clairement qu’il n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. Demi-finaliste de la Coupe des Champions en 1989, les « Lions » ne demandent désormais qu’à raviver ces belles heures et pour guide ils se sont offert un Éléphant. Le plus redoutable et le plus combatif de tous.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue des Champions

Relatifs

From the web