thumbnail Bonjour,

Montpellier, qui accueille Schalke 04, aura l'objectif de signer son premier succès pour sa dernière sortie en Ligue des Champions.

Payer pour apprendre. C'est le refrain inéluctable que les Champions de France ont dû subir après avoir savouré l'hymne prestigieux de la Ligue des Champions à chacune de leur sortie. Montpellier a parfois montré un visage séduisant durant ce premier tour. Mais les hommes de René Girard ont trop souvent péché dans les critères indispensables à la C1. Réalisme, efficacité, rigueur, rythme... Des lacunes rédhibitoires pour espérer voir l'Europe au printemps. Montpellier doit désormais laisser une trace pour ne pas garder une saveur amère de cette épopée. Analyse.

Eviter la place d'une dernier de la classe

Concrètement, toutes les rencontres du MHSC ne furent pas du même acabit. Pour leur entrée en lice dans la compétition, la Paillade s'est immédiatement plongée dans le grand bain en recevant Arsenaal, le favori du groupe B. Les Héraultais ont mené au score, avant de predre le fil dans la foulée (1-2). La seconde période est pourtant restée dans les esprits tant les hommes de René Girard avaient bousculé, dans le jeu, des Gunners qui, cette fois-ci, l'avaient joué à l'expérience. Même son de cloche pour le match aller à Schalke, avec en plus, un match nul arraché au bout de la nuit pour ce qui est, à l'heure actuelle l'unique point des Champions de France au tableau d'affichage. Mais tout s'est gâté lors de la double-confrontation contre l'Olympiakos, adversaire pourtant le plus abordable des Montpelliérains, sur le papier.

Face aux Grecs, Montpellier a d'abord dominé le match aller de la tête et des épaules, avant de se faire contrer en toute fin de rencontre (1-2). Le succès du club d'Athènes au retour ne souffre en revanche d'aucune contestation. Et ce n'est pas la dernière rencontre à l'Emirate Stadium qui a permis aux champions de France de se remplumer. Sans surprise... Il y a donc de réelles circonstances atténuantes pour le club de Loulou Nicollin dans cette aventure palpitante. Et l'on ne reviendra pas sur le manque de profondeur de l'effectif ou le début de saison laborieux en championnat...

Mais ce profil fragile, d'autres écuries françaises au titre tout aussi inopiné auraient pu s'en servir pour justifier leur limites. Au lieu de cela, Auxerre, Nantes ou Lens ont su rendre leurs parcours historiques mémorables grâce à d'authentiques exploits. On se souvient notamment de la victoire des Sangs et Or à Wembley face à Arsenal (0-1), ou de celle des Bourguignons à Highbury (1-2) durant la grande époque des Gunners au début des années 2000... Pour prendre un vrai mauvais élève, même Lille a su s'offrir un baroud d'honneur en allant s'imposer sur le terrain du BATE Borisov grâce à sa jeune garde. Face à Schalke 04, pour sa dernière, le champion de France doit donc sortir par la grande porte pour ne pas écrire un triste record dans le football français. Ce serait cher payé pour un apprentissage...

A lire également :

Toute l'actualité de la Ligue des Champions

Relatifs