thumbnail Bonjour,

Pour sa 100e en Ligue des champions, José Mourinho a franchi le mur du son avec une conférence de presse savoureuse par son ironie concernant l’arbitrage.


Mercredi soir sur la pelouse de Manchester City, le coach portugais du Real Madrid, José Mourinho a fêté son 100e match en Ligue des champions. Sur les 99 rencontres déjà disputées en C1, le "Special One" défend un bilan très honorable (54 victoires, 26 nuls et 20 défaites). Le technicien de 49 ans a remporté l'épreuve à deux reprises (avec le FC Porto en 2004 et avec l'Inter Milan en 2010). Le match  en lui-même nous a fourni l’occasion d’observer un arbitrage fort peu judicieux de la part de Monsieur Rocchi. Penaltys ignorés ou généreusement fournis, décisions hallucinantes et autres hésitations coupables. Si Mourinho et Ronaldo on été assez irrités lors du match, la conférence de presse du coach portugais n’a pas été aussi houleuse que d’habitude. La raison, c’est Mourinho lui-même qui la donne. 

"Rester tranquille"

« L’arbitre assistant situé à côté des buts, à dix mètres de l’action, a lui aussi décidé de siffler penalty. Je dois donc rester tranquille. Je suis toujours sous le coup d’une sanction de l’UEFA que je veux d’ailleurs remercier pour le cadeau qu’ils m’ont fait pour ma 100e (en C1), une petite plaque très jolie... Ils se sont souvenus de moi ». Mou a déjà vécu des déceptions en C1, de quoi relativiser. « J’ai perdu une demi-finale sur un but qui n’était pas valable car le ballon n’était pas entré. Dans une autre demi-finale, Pepe a brisé le tibia péroné de Dani Alves », a-t-il ironisé. « J’en ai perdu deux autres aux tirs au but. J’ai vécu des moments bien pires que le match de ce soir. J’ai joué une heure à Barcelone à dix, ici ça n’a duré que 20 minutes. Le match de ce soir fait partie des "acceptables", pas des "dramatiques".".
 
 

Ce n’est pas la première fois que Mourinho croise l’arbitre du match et il a tenu à lui rappeler. « Je connais bien l’Italie. J’ai joué un derby Inter-AC Milan (arbitré par Rocchi) à dix pendant presque tout le match avant de finalement terminer à neuf. Il nous avait déjà sifflé un penalty inexistant. Aujourd’hui, il s’est passé la même chose. Bergonzi (un des assistants), était à dix mètres de l’action, et a lui aussi sifflé penalty. » Du Mourinho on en veut encore, toujours. Et ça tombe bien, le bougre ne tient pas à raccrocher les crampons… et les micros. "Je suis privilégié d'avoir gagné deux Ligues des champions, mais j'ai encore de nombreuses années devant moi pour ne pas en rester là." Et devenir le premier entraîneur à remporter la Ligue des champions avec trois clubs différents.

Relatifs

From the web