thumbnail Bonjour,

Après avoir été littéralement laminé hier soir, les Lillois sont éliminés de la Ligue des Champions, comme un sentiment de déjà vu malheureusement...

A peine arrivé en Novembre que le parcours européen du LOSC semble déjà bien lointain, et cette élimination nous laisse un sentiment de déjà vu avec les lillois. Hier soir à l'Allianz Arena, la marche était bien trop grande pour le petit dogue, qui ne pouvait tout simplement rien contre le géant bavarois. C'est une année de rédemption pour les munichois : privés depuis deux ans du titre en Bundesliga par le Borussia, en plus d'avoir fauté à domicile face à Chelsea, les hommes de Jupp Heynckes veulent effacer ce récent passé peu glorieux. Comme un général dirigeant ses troupes, l’entraîneur du Bayern avait demandé à ses joueurs non pas seulement une victoire mais d'écraser Lille, ça n'a pas raté.

"Dix fois plus forts que nous" Mickael Landreau

Et c'est peu dire tant la différence de niveau était énorme, Lille n'a pas existé une seule seconde durant ce match et le Bayern s'est baladé. Malgré une impressionnante démonstration offensive hier soir, les petits soldats d'Heynckes n'ont pas eu besoin de forcer, il leur a suffit d'appuyer là ou ça faisait mal et de jouer leur jeu tranquillement. Car très tôt ils ont compris que jamais ils ne seraient inquiétés dans ce match : techniquement au dessus, tactiquement à des millénaires, et l'absence flagrante de fighting-spirit des français ne pouvait que leur permettre de coller une valise à un club évoluant à un niveau bien lointain que nécessite les grandes soirées d'Europe.

Une autoroute pour la Ligue 1 ?

Désormais il faut digérer cette élimination pour les hommes de Rudi Garcia, une qualification en Ligue Europa est toujours envisageable mais c'est du quasi mission impossible... Il va donc bien falloir se tourner vers le championnat et espérer accrocher un podium encore une fois cette année. Les lillois restent sur une série de trois victoires consécutives : Valenciennes, Toulouse, Evian TG et viennent de recoller au wagon de tête. Comme l'an passé, à peine arrivé en Novembre, le parcours du LOSC en Europe se termine déjà, un calendrier allégé en conséquence et un effectif étoffé peuvent permettre aux lillois d'aborder sereinement la suite du championnat, à condition de sortir la tête de l'eau de ce calvaire infligé par les munichois et de continuer sur cette belle série en championnat.

Quel bilan tirer ?

Les lillois ont une énième fois déçu de par leur apathie et leur incapacité à franchir un cap nécessaire pour ne serait-ce que prétendre à produire un match correct durant une campagne européenne. Contre tout ses adversaires, le LOSC a semblé dépassé par les événements et c'est surtout sur l'aspect mental qu'on peut reprocher beaucoup aux dogues. Oui ce groupe n'était pas facile, mais celui de l'an passé l'était et ce fut la même histoire : des joueurs encore trop tendres, proposant un jeu beaucoup trop pauvre et gorgé d’imprécisions techniques. Depuis trois ans, le jeu à la lilloise est mis en avant, mais le duo Seydoux-Garcia est aujourd'hui forcé de constater que les campagnes européennes du LOSC se suivent et se ressemblent : entre échecs et frustration.

Et le Bayern dans tout ça ?

Ça a l'air d'aller. Les statistiques du début de saison des allemands sont impressionnantes, les hommes de Jupp Heynckes sont sur le chemin de la rédemption, en quête de rachat auprès du peuple bavarois. Défait depuis deux ans du titre de champion par le Borussia en plus d'avoir échoué à domicile contre Chelsea, le Bayern a décidé de marcher sur l'Europe cette année, le mot d'ordre est clair : tout gagner pour se racheter. L'achat de Javi Martinez (40m€) témoigne de tous les espoirs fondés pour la suite, le géant allemand veut rugir à nouveau et montrer qu'il n'existe pas que le Barca et Madrid pour le beau jeu. En Allemagne aujourd'hui, en sélection comme en club, on propose un jeu flamboyant et réaliste : sauf en finale. C'est pourquoi cette année encore il faudra se méfier des coéquipiers de Franck Ribéry, qui semblent déjà plus forts que l'an passée et bien décidés à conquérir ces titres qu'ils manquent de si peu à chaque fois.

Relatifs